Q&R - Le baptême de Jésus

Commenter cet article

Dans Matthieu 3 :16, nous lisons que le Saint-Esprit descendit « comme une colombe » et se posa sur Jésus, après que Jean L’eut baptisé.


QUESTION :

Quelle est la signification du baptême de Jésus ? Est-ce à partir de ce moment-là que Jésus-Christ, en tant qu’être humain, reçut le Saint-Esprit en Lui ?

RÉPONSE :

Cette mauvaise compréhension du baptême de Jésus est très courante. Elle est fréquemment formulée par ceux qui croient en la fausse doctrine de « l’adoption » et qui affirment que Jésus n’était pas le Fils de Dieu avant Son baptême, ou qui renient que Jésus-Christ est un Être éternel, qui existait de toute éternité, avant de venir sur la terre dans la chair.

Dès le commencement, Jésus-Christ était le Logos – la « Parole » (Jean 1 :1). Mais cet Être divin est venu sur la terre « dans la chair » – selon la Bible, toute affirmation doctrinale que Jésus n’était pas un être humain à part entière vient de « l’Antéchrist » (1 Jean 4 :3 ; 1 Timothée 3 :16). Les Écritures sont catégoriques : le Christ devait venir sur la terre en tant que « Dieu avec nous » (Ésaïe 7 :14 ; Matthieu 1 :23).

Comment Jésus pouvait-Il être baptisé en étant à la fois un être humain et « Dieu avec nous » ? La réponse nous aidera non seulement à comprendre comment, quand et pourquoi Jésus-Christ a reçu le Saint-Esprit, mais encore à mieux connaître Sa nature – un sujet très mal compris au sein du « christianisme traditionnel ».

D’après les Écritures, nous savons que Jésus est né d’une vierge et a été conçu par le Saint-Esprit (Ésaïe 7 :14 ; Matthieu 1 :20). Mais – bien que le Logos était Dieu – Il Se dépouilla Lui-même et abandonna volontairement Sa divinité, pour devenir un simple être humain (Philippiens 2 :5-7). Oui, lorsque Jésus-Christ devint un homme, Il était vraiment un homme, et lorsqu’Il mourut, Il resta trois jours et trois nuits dans le tombeau jusqu’à ce que le Père Le ressuscite à la vie éternelle.

Vous remarquerez que tout au long de Son ministère, Jésus n’a cessé de déclarer que Son Père était plus grand que Lui (Jean 14 :28). Jamais le Christ n’a eu la prétention d’accomplir des miracles ou d’enseigner de Son propre chef ; au contraire, Il en a toujours accordé le crédit à Son Père : « Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres » (Jean 14 :10). Lorsqu’Il Se retrouva devant des incrédules, qui Le considéraient comme un simple charpentier, le fils de Marie, les Écritures nous révèlent que Jésus-Christ était soumis à certaines limites en tant qu’être humain. Voyons le récit de Sa visite à Nazareth : « Il ne put faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il imposa les mains à quelques malades et les guérit » (Marc 6 :5).

Un autre grand ministère, conduit en Judée par Jean-Baptiste, précéda celui de Jésus-Christ. Six mois avant d’annoncer à Marie qu’elle enfanterait Jésus, l’ange Gabriel apparut au père de Jean-Baptiste, Zacharie, et il prophétisa que son fils – le cousin de Jésus – serait « rempli de l’Esprit-Saint dès le sein de sa mère » (Luc 1 :15). La mission de Jean-Baptiste consistait à préparer le chemin pour le ministère du Christ.

Avant même la naissance de Jésus, nous voyons donc que Dieu a accordé le Saint-Esprit à un tout petit nombre d’individus, avec lesquels Il travailla d’une manière spéciale pour accomplir Son plan ici-bas sur la terre. Le roi David en est un autre exemple ; il pria le Seigneur : « Ne me rejette pas loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit saint » (Psaume 51 :13).

Contrairement aux chrétiens aujourd’hui, qui sont engendrés par le Saint-Esprit après leur repentance et leur baptême par immersion, Jésus-Christ – qui n’avait aucune raison de Se repentir puisqu’Il n’avait jamais péché – a reçu le Saint-Esprit en Lui dès le moment de Sa conception. Il était Emmanuel – c’est-à-dire Dieu avec nous, Dieu dans la chair. Rempli sans mesure du Saint-Esprit (Jean 3 :34), Il mena une vie parfaite, sainte et juste avant même de commencer Son ministère. Jean ne baptisait que d’eau, mais Dieu donna un signe – l’Esprit descendant « comme une colombe » – lors du baptême de Jésus, pour montrer que les disciples du Christ ne devaient pas seulement être baptisés d’eau, mais aussi du Saint-Esprit. Voilà la signification du baptême de Jésus par Jean-Baptiste.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +