De la croyance à la foi

Commenter cet article

Un adolescent m’a récemment posé une excellente question : Quelle est la différence entre les mots croyance et foi ? Au premier abord, ces deux concepts peuvent sembler similaires et ils le sont pour beaucoup de gens. Cette question m’a aidé personnellement car cela m’a poussé à analyser en profondeur ces deux idées. Bien que ces mots soient interchangeables en certaines occasions, la parole divine révèle qu’il existe une distinction importante entre eux.


 

Quelle est la différence ?

La plupart du temps, les mots croyance et foi sont utilisés indifféremment dans la Bible. Cependant, le mot hébreu utilisé pour « croyance » dans l’Ancien Testament « met l’accent sur les concepts de “croyance”, “foi” et “confiance” – des termes qui sont globalement synonymes » (Expository Dictionary of Bible World, Stephen D. Renn, Hendrickson Publishers, 2005). De la même manière, « dans la plupart des cas, les significations de “croyance” et de “foi” sont interchangeables », lorsque le mot grec le plus courant pour « foi » est utilisé dans le Nouveau Testament (ibid.).

Cette similarité a faussement conduit certaines personnes à penser qu’il n’y avait aucune différence entre les deux concepts. En fait, l’idée que la croyance et la foi sont la même chose est un des tenants du protestantisme consistant à dire que vous devez seulement « croire » au nom de Jésus-Christ pour être sauvé.

Certains citent Actes 16, dans le Nouveau Testament, pour justifier le fait que croire serait suffisant pour être sauvé. L’apôtre Paul et son collègue Silas étaient en prison dans la ville romaine de Philippes (sur le territoire actuel de la Grèce). Tandis que les deux hommes priaient et chantaient des cantiques à Dieu, un séisme eut lieu à minuit, ouvrant les portes de la prison et brisant les chaînes des prisonniers. Le gardien se réveilla et pensa que tous les prisonniers s’étaient échappés. Sachant qu’une évasion pendant son tour de garde le ferait exécuter, il s’apprêtait à se suicider. Mais Paul l’arrêta en lui expliquant que tous les prisonniers étaient là. Submergé par ces événements peu communs et croyant que Paul possédait la vérité au sujet du salut, le geôlier « entra précipitamment, et se jeta tout tremblant aux pieds de Paul et de Silas ; il les fit sortir, et dit : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? » (Actes 16 :29-30).

Leur réponse fut : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille » (verset 31).

En se basant sur ce verset, des millions de chrétiens sont convaincus que le simple fait de croire au Seigneur Jésus est suffisant pour être sauvé. Certains ridiculisent même l’idée « du salut par les œuvres », selon laquelle leur croyance devrait produire des preuves tangibles montrant que celle-ci fait une différence dans leur vie.

Cela met en lumière une différence essentielle entre croyance et foi. Souvent, la croyance est un acte interne d’acceptation mentale ou intellectuelle, tandis que la foi est la croyance en action. Les deux sont nécessaires, mais l’une pose les fondements de l’autre – en provoquant notre réponse pleine de foi envers le Dieu en qui nous croyons.

L’étape suivante

Paul écrivit : « Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent » (Hébreux 11 :6). Ce verset montre que la foi requiert deux éléments. Il faut non seulement croire en l’existence de Dieu, mais il faut aussi comprendre qu’Il récompense ceux qui Le cherchent avec diligence. L’examen de ces deux aspects nous aide à comprendre la différence entre la croyance et la foi.

Croire en Dieu est la première étape et celle-ci est nécessaire. Il est évident que nous n’allons pas obéir à un Dieu auquel nous ne croyons pas. Mais cette croyance est-elle suffisante ? L’apôtre Jacques a écrit : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent » (Jacques 2 :19). En tant qu’anciens anges – des créatures qui avaient accès au trône de Dieu dans les cieux – les démons n’ont absolument aucun doute sur l’existence de Dieu. Cependant, ils ont beau croire en Dieu, ils ne Lui obéissent pas pour autant. C’est ici que le deuxième élément de la foi prend toute son importance.

Si nous croyons que Dieu « est le rémunérateur de ceux qui le cherchent », alors nous croyons que ce que nous faisons – notre mode de vie – a de l’importance à Ses yeux. Cette compréhension fait le lien entre notre croyance et nos actions. C’est grâce à cela que les femmes et les hommes mentionnés dans Hébreux 11 ont agi d’une manière qui a prouvé leur foi.

L’exemple d’Abraham

Genèse 15 :6 déclare qu’Abraham « crut à l’Éternel, qui lui imputa cela à justice » (Ostervald). Pris séparément, ce verset semble indiquer que croire en Dieu était la seule condition nécessaire pour être juste. Mais Jacques, le frère de Jésus, s’opposa avec force contre cette idée, en montrant que croire sans agir n’était pas suffisant.

« Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite » (Jacques 2 :20-22).

Abraham croyait que Dieu pouvait ressusciter Isaac à la vie physique s’Il le voulait. Sa foi dans la puissance et la bonté de Dieu lui donna le courage d’obéir à l’ordre divin de sacrifier son fils. « C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, et à qui il avait été dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité. Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts ; aussi, dans une sorte de préfiguration, il retrouva son fils » (Hébreux 11 :17-19).

Tout le monde peut prétendre « croire en Dieu » – mais c’est en appuyant ses paroles par des actes qu’Abraham fut reconnu juste par Dieu.

Une épreuve personnelle

Dieu s’attend à trouver la même sorte de foi chez tous ceux qui affirment croire en Lui. C’est une des raisons pour lesquelles il est nécessaire d’obéir à Ses instructions.

En tant que jeune ou adolescent, peut-être êtes-vous testé pour la première fois à obéir à des instructions divines importantes, comme l’observance du sabbat, la dîme ou éviter les péchés sexuels. Cependant, le simple fait de « croire » en ces choses n’est pas suffisant pour prouver à Dieu que nous croyons qu’Il « est le rémunérateur de ceux qui le cherchent ». Comme Abraham, nous devons appuyer nos paroles par la démonstration de notre foi vivante. Nous lisons dans Romains 1 :17 : « Parce qu’en lui [l’Évangile] est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi ; selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi. »

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +