Plus de limites ?

Commenter cet article

Lculture pop transmet le message qu’il n’y a « plus de limites ». Cette phrase accrocheuse est à la fois audacieuse et problématique.


 

Sous une apparence plaisante, ce concept contredit un principe biblique essentiel pour réussir dans la vie. Une bonne compréhension des « limites » est une des leçons les plus essentielles pour les jeunes et les adolescents.

Des limites dès la création

Le concept des « limites » apparaît dès les premières pages de la Bible, lors du récit de la recréation de la Terre par Dieu. Nous lisons : « Dieu dit : Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux. Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue » (Genèse 1 :6-7). Le mot « étendue » en hébreu est synonyme de « firmament » et il désigne simplement la couche atmosphérique qui nous entoure. Cette atmosphère sépare l’eau des lacs, des rivières et des océans de l’eau sous forme de vapeur qui forme les nuages. Dieu créa une « limite ».

Au chapitre suivant, le Créateur établit une autre limite très spécifique : « Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite ; et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant » (Genèse 2 :2-3). Lorsque le soleil disparu derrière l’horizon, en franchissant la limite entre le sixième et septième jour, les humains découvrirent le sabbat. D’un côté de la limite, Dieu avait travaillé et recréé la Terre, de l’autre côté, Il s’était reposé en sanctifiant Son jour de sabbat.

Lorsque Dieu commença à travailler avec Adam et Ève, Il établit encore une autre limite.

Dieu planta un jardin « en Éden, du côté de l’orient » (Genèse 2 :8). Il y plaça l’homme afin qu’il savoure l’abondance des plantes et des arbres. Mais Il établit également une limite. « L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement » (Genèse 2 :16-17). Dieu montra à Adam et Ève qu’en tant que Créateur, Il avait l’autorité d’établir une limite entre ce qui pouvait être mangé et ce qui ne pouvait pas l’être. Le fait d’obéir à Son autorité était crucial pour leur réussite et leur bonheur. Bien entendu, nous lisons au chapitre suivant que le premier couple a outrepassé cette limite et consommé du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Dieu leur fit subir les conséquences de leur acte. Il les chassa hors du jardin et Il créa une limite géographique, une frontière, gardée par un ange puissant.

Des limites dans l’Histoire

En parcourant les pages de la Bible, nous voyons que Dieu a établi des limites, avec des individus et avec la nation d’Israël.

Dans Exode 3, la première chose que fit l’Éternel lorsque Moïse le rencontra en personne fut d’établir une limite. « Dieu dit : N’approche pas d’ici, ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte » (Exode 3 :5). En d’autres termes, Dieu lui dit : « Tu peux porter tes sandales partout ailleurs. Mais lorsque tu es en Ma présence, dans ce lieu, tu es sur une terre sainte. »

Reconnaissez les limites. Agissez différemment. Retirez vos sandales.

Après la sortie d’Égypte, lorsque le peuple d’Israël arriva au mont Sinaï, Dieu les prépara à recevoir Sa loi. Afin d’entraîner Son peuple, Il établit une limite à ne pas franchir au pied de la montagne : « Tu fixeras au peuple des limites tout autour, et tu diras : Gardez-vous de monter sur la montagne, ou d’en toucher le bord. Quiconque touchera la montagne sera puni de mort » (Exode 19 :12). Le peuple devait comprendre le fait que l’Éternel avait autorité sur eux. Dieu ne tolérerait pas que quiconque outrepasse la limite et entre dans la zone interdite.

Dans Exode 20, les Dix Commandements décrivent les lois de vie fondamentales de Dieu. Ces lois décrivent les limites dans nos rapports avec Dieu et avec les autres. Le premier commandement nous enseigne de ne pas fabriquer ni adorer d’autres dieux. Deuxièmement, nous ne devons pas adorer Dieu au moyen de représentations physiques. Troisièmement, nous devons utiliser le nom de Dieu avec prudence. Ces trois commandements forment la « base » de notre vision de Dieu, de la façon dont nous L’adorons et utilisons Son nom. C’est une sorte de « filet de protection », retenu par des bouées, qui délimite la « zone de baignade sans danger » dans un lac. Cette zone sûre est également délimitée par le quatrième commandement – la sanctification du sabbat du septième jour. Si nous n’obéissons pas à ces instructions, nous franchissons la limite et nous entrons dans les eaux dangereuses.

Les six derniers commandements définissent les limites entre la réussite ou l’échec dans notre vie.

Si nous ne respectons pas nos parents, que nous tuons, volons, mentons, commettons l’adultère ou convoitons, nous franchissons les limites établies par Dieu entre la bonne façon de nous conduire avec les autres et les actions destructrices et pécheresses qui apportent des peines et des chagrins. Dieu veut que nous respections Ses interdictions et que nous les craignions de la bonne manière, afin que nous restions dans les zones sans danger. Dans Exode 20 :20, Il déclara aux Israélites par l’intermédiaire de Moïse : « Ne vous effrayez pas ; car c’est pour vous mettre à l’épreuve que Dieu est venu, et c’est pour que vous ayez sa crainte devant les yeux, afin que vous ne péchiez point. »

Les limites et vous

Qu’en est-il de vous et moi ? Devons-nous comprendre et respecter les limites fixées par Dieu ? Bien sûr que oui !

Si nous pensons aux principes que nous avons déjà évoqués, il est facile de voir que ces limites s’appliquent à nous, même si nous vivons des milliers d’années après que les Dix Commandements ont été donnés.

Plusieurs passages du Nouveau Testament approfondissent la compréhension des limites fixées par Dieu. Les hommes ont par exemple reçu des limites sur la façon de regarder les femmes. Le Christ déclara : « Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur » (Matthieu 5 :28). Si nous restons du bon côté de la limite, nous ne regardons pas de pornographie et nous ne regardons pas les femmes avec concupiscence. Paul rappela à Timothée de considérer les jeunes femmes « comme des sœurs, en toute pureté » (1 Timothée 5 :2). Ceux qui pratiquent des préliminaires ou des actes sexuels avant le mariage, c’est-à-dire les « fornicateurs » (1 Corinthiens 6 :9, Darby), n’hériteront par le Royaume de Dieu. Ces instructions établissent une limite fixée par Dieu dans les fréquentations pré-maritales. Lorsque nous franchissons cette limite, nous entrons dans une zone de danger qui peut sembler grisante sur le moment, mais qui n’apportera que des regrets sur le long terme.

Notre Dieu nous aime et Il a établi des limites pour nous protéger et pour que nous reflétions les limites qui Le définissent : « Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui » (1 Jean 4 :16).

N’y a-t-il plus de limites ? Non ! Il y a des limites – de saines limites !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +