Les péchés du racisme, de l’anarchie et de la laïcité !

Commenter cet article

Le monde semble être à feu et à sang – ce qui fut prophétisé il y a des milliers d’années. Quelle est la solution ?


Que se passe-t-il dans notre monde ? Pourquoi certains individus sont-ils remplis de haine au point de frapper sciemment des hommes, des femmes et des enfants innocents, afin de faire avancer leurs idées perverties ? Pourquoi voyons-nous une hausse de la violence anarchique – des racailles encagoulées qui brisent des vitres, allument des incendies et retournent des voitures ? Qu’arrive-t-il à notre monde ?

Ces derniers mois, des homicides ont été commis avec des voitures-béliers à Londres, à Paris, à Barcelone et aux États-Unis. Dans ce dernier pays, un groupe se présentant comme un rassemblement de nazis, de membres du Ku Klux Klan (KKK) et de suprémacistes blancs a défilé le 11 août 2017 dans les rues de Charlottesville, en Virginie, en scandant des slogans antisémites. Le lendemain, ils défilèrent à nouveau en scandant des injures raciales avant d’affronter un groupe de contre-manifestants. Les deux camps avaient apporté des matraques, des battes de baseball, des gaz lacrymogènes et d’autres armes montrant qu’ils étaient clairement décidés à se battre. Les affrontements prirent fin lorsqu’un suprémaciste blanc lança sa voiture contre un groupe de contre-manifestants pacifistes, provoquant de nombreux blessés et la mort de l’un d’entre eux.

Quelques jours plus tard, le monde fut choqué lorsqu’un homme utilisa une camionnette de location pour faucher une centaine de personnes qui se promenaient sur Las Ramblas, la célèbre avenue piétonne de Barcelone, en Espagne. Une autre attaque fit un mort à Cambrils, avant que les cinq terroristes ne soient tués par la police. Le carnage aurait pu être bien pire si les terroristes avaient réussi à utiliser les engins explosifs qu’ils avaient fabriqués, mais ceux-ci explosèrent prématurément.

Nous avons aussi en tête les images des voyous encagoulés qui ont brisé des vitres de l’université de Californie, à Berkeley, afin d’empêcher un orateur qu’ils n’aimaient pas de prendre la parole. Notons que l’administration céda face à ces enfants gâtés et leurs idées politiquement correctes. De telles actions deviennent courantes aux États-Unis, au Canada, en Europe et ailleurs. Il est évident que la liberté de parole disparaît et que la gauche alternative essaie de réduire au silence tous ceux qui ne partagent pas son idéologie.

Ces dernières années, les idéologues des différentes tendances (droite, gauche et religieuse) deviennent de plus en plus radicalisés et violents. Mais pourquoi ? Pourquoi notre monde devient-il si violent ? Pourquoi les nations occidentales deviennent-elles si divisées ? Quelle sera l’issue de tout cela ?

 

Un point de non-retour

Les États-Unis semblent avoir déjà franchi un point de non-retour. Le pays est enfermé dans une guerre culturelle entre deux visions irréconciliables du monde. Beaucoup parlent de faire des compromis, mais comment faire des compromis sur l’avortement ? Pour un clan, c’est moralement équivalent à un meurtre ; pour l’autre, ce choix dépend de la femme. Comment faire des compromis sur la définition du mariage ? Pour un clan, c’est un problème d’ordre moral, le mariage étant une institution divine ordonnée par Dieu entre un homme et une femme ; l’autre clan n’y accorde pas d’importance ou s’oppose à la Bible. La même problématique est valable pour le transgendérisme. Comment faire des compromis sur les terroristes islamistes radicaux, les nazis, le KKK, les suprémacistes remplis de haine ou les anarchistes radicaux qui souhaitent seulement apporter de la destruction ?

Soyons honnêtes. Notre monde est brisé. Des laïcs intolérants ont pris le contrôle des universités occidentales et ils enseignent à la fois le politiquement correct et l’intolérance de tout ce qui ne correspond pas à leurs idées. La politique a toujours été nauséabonde, mais les partis sont devenus tellement divisés qu’il n’y a plus de place pour le compromis, même à propos des sujets sur lesquels ils pourraient s’entendre. Il est évident que la politique passe avant le bien du pays et des citoyens. Dans les médias, de nombreux journalistes ou présentateurs n’essaient même plus de paraître neutres et ils « sautent à la gorge » de leurs opposants. C’est impressionnant de voir combien les médias de tous bords sont devenus malhonnêtes et injustes.

Au Monde de Demain, nous parlons des actualités, mais nous révélons aussi ce qui se cache derrière – et il y a vraiment une histoire derrière ce que nous voyons de nos jours. Peu de gens comprennent qu’une puissante influence spirituelle est à l’œuvre en coulisses, en promouvant la haine et les conflits. La Bible lui donne un nom : Satan le diable. Ce dernier s’est lui-même mis en scène dans l’imaginaire des gens sous la forme d’un personnage rouge, avec une fourche et une queue pointue, d’apparence malicieuse mais inoffensive. Ce cliché est aux antipodes de la réalité.

Peu de gens comprennent le fait que Satan est le dieu de ce monde ! Jésus Lui-même affirma cela très clairement. Il déclara à Ses disciples peu avant Sa crucifixion : « Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors » (Jean 12 :31) et « Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi » (Jean 14 :30). L’apôtre Paul écrivit que cet être spirituel est derrière la direction que prend le monde, en le qualifiant de « prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Éphésiens 2 :2). Paul nous dit ailleurs que ce puissant être spirituel est « le dieu de ce siècle » qui a « aveuglé » l’esprit des gens afin qu’ils ne voient pas la bonne nouvelle qui se trouve dans les Écritures (2 Corinthiens 4 :4).

 

Une empreinte

L’empreinte de Satan se retrouve dans toutes les atrocités que nous voyons. Il est celui qui inspire les fausses religions – y compris le « christianisme » de contrefaçon ! L’apôtre Paul s’en prit aux ministres du culte qui enseignent le contraire de la parole de Dieu : « Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres » (2 Corinthiens 11 :13-15). Lorsque la haine raciale est prêchée dans des Églises soi-disant « chrétiennes », cela ne vient jamais de Dieu, mais de l’adversaire !

Puisque Satan inspire le faux christianisme, pouvons-nous aussi voir son empreinte dans toutes les religions qui promeuvent la violence et la haine ? Qui place dans l’esprit d’un individu l’idée de foncer en voiture sur des hommes, des femmes et des enfants innocents ? Qui encourage des individus à briser, à brûler et à détruire les biens des autres, afin de les intimider et de les réduire au silence pour ne pas entendre des opinions contradictoires ?

Soyons clairs. D’un point de vue biblique, toute forme de haine contre un être humain est un péché ! L’anarchie est une forme de haine et c’est donc un péché ! Le racisme est haineux et c’est un péché ! Notez ce que l’apôtre Jean écrivit au sujet de la haine : « Celui qui prétend être dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n’est en lui. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux » (1 Jean 2 :9-11).

La haine raciale et ethnique est aveuglante. Les gens disent et font des choses aux autres qu’ils ne feraient pas normalement, s’ils agissaient en étant guidés par de bons raisonnements moraux. Parfois, la haine est raciale – parfois ethnique, tribale ou religieuse. Et souvent, cette haine est transmise de génération en génération.

Dans la prophétie du mont des Oliviers, Jésus nous révèle que les luttes ethniques seraient nombreuses à la fin des temps. « Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres : gardez-vous d’être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation [du grec ethnos] s’élèvera contre une nation [ethnos], et un royaume contre un royaume » (Matthieu 24 :6-7). Nous devons nous attendre à voir encore davantage de violences sectaires à l’avenir. La question est de savoir si vous participerez à cet esprit dans l’air du temps, rempli de haine, ou si vous reconnaîtrez à qui appartient l’empreinte derrière l’intolérance et la haine afin de vous en éloigner.

Le mouvement laïque et politiquement correct s’opposant à Dieu est aussi un péché. La haine et la violence accompagnent souvent par la laïcité. Des professeurs d’université imposent, intentionnellement ou non, leurs points de vue intolérants à de jeunes esprits, en les encourageant à faire taire tous ceux qui ne s’y conformeraient pas. Cela prend parfois la forme d’une protestation pacifique, mais de temps en temps ces manifestations dégénèrent violemment. Les émeutes qui ont eu lieu à Berkeley, en Californie, en sont un exemple frappant, mais nous pourrions en citer bien d’autres.

En juin 2010, de nombreux manifestants pacifiques se sont assemblés à Toronto, au Canada, à l’occasion du sommet du G20, mais certains éléments perturbateurs, les « Black Blocs », s’étaient infiltrés parmi eux. Ces anarchistes s’habillent souvent de noir, en cachant leur visage avec une cagoule, une écharpe, un masque de ski ou des lunettes de soleil. Plus de 40 commerces avaient été saccagés – mais au final, la police fut critiquée pour avoir eu la main trop lourde ! Quelles étaient les revendications de ces manifestants ? Un bric-à-brac de causes libérales, dont le réchauffement climatique, la pauvreté, le capitalisme, le droit des femmes, etc.

Lors des réunions de l’Organisation mondiale du commerce en 1999, la ville de Seattle, aux États-Unis, avait déjà était victime des tactiques des « Black Blocs ». De nombreux magasins avaient été saccagés pendant ces émeutes. Peu importe la raison, la destruction des biens d’autrui est inacceptable et nous devons appeler ces vandales par leur vrai nom : des anarchistes. Leur véritable idéologie est de détruire !

 

La laïcité n’est pas neutre

Ce serait une erreur que d’associer laïcité et neutralité. Le principe est que si nous pouvions nous débarrasser de tout préjugé religieux, nous pourrions avoir une société paisible. Dans sa chanson Imagine (1971), John Lennon décrivit parfaitement cet esprit :

Imagine qu’il n’y ait pas de paradis
C’est facile si tu essaies
Aucun enfer sous nos pieds
Au-dessus, seulement le ciel
Imagine tous les gens profitant de l’instant présent…

Imagine qu’il n’y ait plus de pays
Ce n’est pas difficile à faire
Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir
Pas de religion non plus
Imagine tous les gens vivant leur vie en paix…

C’est une pensée superficielle. La laïcité est une philosophie diamétralement opposée aux valeurs bibliques et à Dieu Lui-même. L’idée que nous pourrions avoir une société morale sans un Être suprême qui détermine le bien et le mal est, dans le meilleur des cas, de la naïveté et un manque de discernement.

Comme une présentation vidéo de l’université Prager l’explique clairement dans un exposé sur les Dix Commandements, vous pouvez tout à fait penser que le meurtre est inacceptable, mais sans Dieu vous ne pouvez pas savoir que c’est mal. Sans une autorité supérieure aux hommes, votre opinion n’est rien d’autre qu’une opinion. Le fait que vous pensiez que ce soit mal ne signifie pas que cela le soit. Qui possède donc l’autorité de décréter ce qui est mal ? Voyez au siècle dernier les exemples des génocides d’État contre des millions de Juifs et d’autres classes démographiques sous l’impulsion de différents gouvernements.

Pour prendre un exemple plus proche de nous, des bébés sont avortés chaque jour. L’Islande veut supprimer la trisomie 21 de l’île avec cette méthode et les habitants de nombreux pays approuvent cette idée – peut-être est-ce votre cas ! Mais d’autres personnes s’y opposent, y compris de nombreux parents d’enfants trisomiques.

Qui décide ? La laïcité essaie de mettre Dieu à l’écart. La laïcité tout entière est l’antithèse des valeurs bibliques. Quelle empreinte voyons-nous donc dans la laïcité ?

Jésus expliqua ce qui suit en priant Son Père au sujet de Ses disciples : « Je leur ai donné ta parole; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde » (Jean 17 :14). Ceux qui chérissent une relation avec Dieu ne se laisseront pas embarquer dans les politiques de ce monde. Bien que Dieu possède l’autorité sur tout l’univers, Il permet à Satan de diriger la Terre pour une période de temps, jusqu’à ce que l’humanité apprenne que Dieu a toujours raison.

Ce monde a toujours connu la haine et la violence. Caïn tua son frère Abel. Avant le déluge, le monde était rempli de violence (Genèse 6 :11). La Bible révèle qu’il y avait des préjugés parmi les Juifs contre les Gentils (les non-Juifs) au premier siècle de notre ère. Dieu montra aux premiers chrétiens qu’ils ne devaient considérer aucun homme comme souillé ou impur (Actes 10 :28). L’apôtre Paul reprit publiquement les apôtres Pierre et Barnabas qui évitèrent les Gentils lorsque des Juifs vinrent de Jérusalem à Antioche (Galates 2 :11-14).

La Bible rapporte clairement que tous les êtres humains sont égaux aux yeux de Dieu. « Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la descendance d’Abraham, héritiers selon la promesse » (Galates 3 :26-29). Cela est également confirmé dans Romains 2 :25-29.

L’épître aux Éphésiens rappelle que les Juifs comme les Gentils ont péché (Éphésiens 2 :1-3). Le cloisonnement humain dans le temple à Jérusalem qui empêchait virtuellement les Gentils d’accéder au Père fut brisé par le sacrifice du Christ (versets 14-18). Paul ajoute en parlant des Gentils : « Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu » (verset 19). Il parla ensuite d’une grande famille : « À cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille dans les cieux et sur la terre tire son nom » (Éphésiens 3 :14-15).

Alors que les violences ethniques et raciales frappent le monde, les membres – de toutes ethnies et de toutes origines raciales – de l’Église du Dieu Vivant, qui publie cette revue, s’efforcent de vivre dans la paix et l’harmonie, bien que nous ne prétendions pas être les seuls à le faire. Le roi David a écrit : « Voici, oh ! qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble ! » (Psaume 133 :1). Et Jésus nous dit : « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13 :35).

Si vous souhaitez savoir comment nous rejoindre dans cette fraternisation et cette œuvre de service, veuillez vous reporter à la page 4 de cette revue afin de contacter notre Bureau régional le plus proche de votre domicile.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +