Un carquois rempli de flèches

Commenter cet article

Un message sur Twitter a récemment retenu mon attention : « Un enfant coûte environ 14.000$ par an, mais pensez à tout l’argent que vous économisez en n’ayant plus de vie sociale. » C’était ironique, mais tellement vrai – les enfants coûtent cher !


 

« Selon MoneySense, le coût moyen pour élever un enfant jusqu’à l’âge de 18 ans est de 243.660$ [environ 165.000€], et ce, avant de les envoyer à l’université... » (“Le coût réel d’avoir un enfant”, Le Journal de Montréal, 16 février 2017).

Il n’est pas étonnant que le taux de natalité continue de baisser au Canada comme en Europe. Beaucoup pensent qu’avoir des enfants coûte trop cher – particulièrement s’ils doivent être envoyés à la garderie, posséder le dernier smartphone et avoir des chaussures de sport à la mode pour se faire accepter dans la cour d’école. Mais passons-nous à côté de l’essentiel ?

Nous lisons dans Psaume 127 :4-5 : « Comme les flèches dans la main d’un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse. Heureux l’homme qui en a rempli son carquois ! Il ne sera pas confus, quand ses fils parleront avec des ennemis à la porte. »

Aux yeux de Dieu, avoir un « carquois » rempli d’enfants est une bonne chose ! Que pouvons-nous apprendre de cette simple analogie ? Pourquoi les enfants sont-ils comparés à des « flèches dans la main d’un guerrier » ? Cette métaphore devrait nous aider à revoir notre opinion au sujet des enfants.

 

Des facteurs de flèches

L’humanité a utilisé des arcs et des flèches depuis la nuit des temps. La capacité à lancer dans les airs un projectile avec force et précision est utile à la fois pour la chasse et la guerre. Les caractéristiques d’une flèche efficace sont cruciales.

 

La pointe

Je possède une vraie pointe de flèche indienne dans mon bric-à-brac. Elle m’avait été donnée par un homme âgé dans le sud de l’Arkansas. Sa maison était située près d’une zone jadis fréquentée par des tribus indiennes d’Amérique. Il avait trouvé des dizaines de pointes de flèche au fil des ans. Ces petites pierres plates et grises sont des œuvres d’art. Vous pouvez voir et sentir les marques où des éclats de pierre ont été détachés pour obtenir une forme de diamant. Les pointes modernes sont très similaires. De nos jours, elles sont aiguisées comme des lames de rasoir et fabriquées en métal, mais le but reste le même : c’est la partie coupante de la flèche qui « fait le travail ». Elle doit être aiguisée et habilement conçue pour avoir une efficacité maximale. En fixant cette petite pointe sur une flèche, l’archer est capable d’étendre sa puissance bien au-delà de son bras.

 

Le fût

Il s’agit de la « tige » composant le corps principal de la flèche. Dans le passé, les fûts étaient fabriqués en bois – de nos jours, ils sont également faits en fibre de verre, en aluminium ou en carbone. Le fût doit être parfaitement droit et résistant afin de voler avec précision dans les airs. Il doit avoir précisément la rigidité nécessaire. Le fût se courbe lorsqu’il quitte l’arc, en absorbant la force de la corde. Puis il se raidit et prend de la vitesse vers la cible. S’il est trop rigide ou trop souple, sa précision en sera dégradée.

 

L’empennage

Cette partie désigne les plumes ou les ailettes en plastique fixées à l’arrière de la flèche. Vous pourriez penser qu’il s’agit seulement d’une décoration, mais leur but est de stabiliser la flèche lorsqu’elle vole. Certaines flèches ont un empennage hélicoïdal qui fera tourner le projectile sur lui-même afin de lui apporter plus de stabilité et de précision. Il s’agit du véritable but de l’empennage, et non de retrouver plus facilement des flèches perdues.

 

L’encoche

Elle se trouve tout à l’arrière de la flèche. Auparavant, elles étaient souvent fabriquées en os ou en corne. De nos jours, elles sont plutôt en plastique. Le travail de l’encoche est de bien positionner la flèche sur la corde de l’arc lorsque celle-ci est bandée, puis de s’en détacher lorsque la corde est relâchée. L’encoche est très importante car il s’agit du point de transfert de force entre la corde et la flèche.

 

Des enfants et des flèches

En examinant les différents éléments d’une flèche et leurs fonctions, les leçons que nous pouvons apprendre de la métaphore biblique deviennent claires.

Dieu insista auprès des anciens Israélites sur leur responsabilité à transmettre Ses lois à leurs fils et à leurs filles : « Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras » (Deutéronome 6 :7). Dieu leur ordonna de former, d’affûter et « d’aiguiser » leurs enfants dans la compréhension de Sa voie, comme pour fabriquer la pointe d’une flèche. De nos jours, les parents ont la même mission. En enseignant nos enfants, en faisant de la parole divine un élément de leur vie, nous les aidons à percer le brouillard culturel et à discerner ce qui est juste. « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur » (Hébreux 4 :12).

De la même manière que le fût compose le principal élément de la flèche, nous pouvons établir des routines avec nos enfants pour leur permettre de s’élancer vers l’avenir. Nous devons nous efforcer de bâtir des habitudes consistantes d’amabilité, de courtoisie, de respect, d’honnêteté et d’intégrité dans la vie quotidienne de nos enfants. Avec un esprit de sagesse divine et des routines qui sont droites et justes, nos enfants auront un énorme potentiel.

L’empennage et l’encoche perfectionnent l’ensemble. Lorsque les enfants grandissent, ils ont besoin de continuer à être guidés, encouragés et élevés par leurs parents pour donner de la stabilité à leur vie, comme l’empennage stabilise la trajectoire de la flèche. Nous fournissons une grande partie de cette stabilité lorsqu’ils sont petits, puis d’autres mentors influeront sur leur vie en grandissant. L’encoche représente la relation de proximité qui les relie à leurs parents. L’amour d’un père et d’une mère pour leur enfant devrait créer un lien indestructible de cœur et d’esprit. Cependant, en tant que parents, nous devons aussi reconnaître que les enfants, une fois adultes, doivent se lancer dans leur propre vie en construisant une nouvelle famille, comme nous l’avons fait.

Dans Genèse 18 :19, Dieu dit au sujet d’Abraham : « Car je l’ai choisi, afin qu’il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l’Éternel, en pratiquant la droiture et la justice, et qu’ainsi l’Éternel accomplisse en faveur d’Abraham les promesses qu’il lui a faites… »

Lorsque nous lisons cette déclaration, nous percevons l’importance que Dieu attachait à ce qu’Abraham projette son obéissance, sa fidélité et son intégrité vers l’avenir – à travers ses enfants, ses petits-enfants et les générations suivantes. En vivant fidèlement et en enseignant à son fils de vivre fidèlement, Abraham eut un impact puissant sur l’avenir.

Nous pouvons faire la même chose. Faire naître des enfants dans ce monde est une bénédiction et cela nous projette vers l’avenir. En les enseignant, en les entraînant et en affûtant leur compréhension du mode de vie divin, nous les préparons à avoir un impact qui ira bien au-delà de notre petit cercle d’influence actuel. Un guerrier muni d’un carquois rempli de flèches affilées peut affronter l’ennemi avec confiance, en sachant qu’il peut projeter sa force pour défendre les siens. La bénédiction d’avoir des enfants nous donne l’occasion d’élever dans ce monde des « enfants que Dieu donne » (Malachie 2 :15, Parole de Vie) et de projeter, à travers eux, les valeurs, les croyances et les convictions qui nous sont chères à la génération suivante – et à celles à venir.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +