Trop grand pour couler ?

Commenter cet article

A l’approche du 100ème anniversaire de la catastrophe du Titanic, quel sera l’avenir des nations anglophones ? Naviguons-nous vers un horizon paisible ou vers un désastre menaçant ? Vous devez le savoir !


Lorsque le RMS Titanic fut construit, c’était une merveille de technologie. À l’époque, sa coque était la plus grande structure mobile jamais construite par des hommes. Au regard de cette technologie de pointe, la revue Shipbuilder annonçait qu’il était « presque insubmersible ». Et pourtant, le 15 avril 1912, le majestueux Titanic heurta un iceberg et coula par plus de trois mille mètres de fond, au beau milieu de l’océan Atlantique, cinq jours seulement après le début de son voyage inaugural, tuant plus de 1500 passagers. Au lieu d’entrer dans l’histoire comme maître des flots, le Titanic est devenu synonyme de désastre total et absolu.

Un siècle plus tard, les États-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres nations occidentales arrivent à un tournant dangereux de leur voyage collectif. Certains observateurs ont comparé leur système économique et leurs problèmes sociaux à la brèche qui déchira le Titanic pendant cette terrible nuit de 1912. Cette comparaison est-elle pertinente ? Les États-Unis vont-ils récupérer leur prospérité et leur stature internationale ? Les millions de chômeurs américains et britanniques vont-ils retrouver un emploi, malgré les problèmes économiques ? Ou la pression massive causée par leurs péchés nationaux finira-t-elle par écraser et faire couler ces nations ?

Qu’en est-il de vous ? Comment préparez-vous votre famille pour les temps difficiles à venir ? Il y a cent ans, lorsque le Titanic quitta le port de Southampton, en Angleterre, pour rejoindre New York, il était considéré comme le plus grand et le plus luxueux navire au monde. Il semblait sûr et sans danger. Cependant, bien qu’il répondît à toutes les exigences maritimes en vigueur à l’époque, il présentait de graves lacunes. Par exemple, le Titanic ne disposait pas de suffisamment de canots de sauvetage pour évacuer tous ses occupants en une fois. Ses seize canots en bois et ses quatre radeaux pliables pouvaient accueillir seulement 1178 personnes – alors que le bateau pouvait transporter plus de 3300 passagers. De plus, les membres d’équipage n’étaient pas suffisamment entraînés au maniement du nouveau système de radiotélégraphie sans fil de Marconi installé à bord. Bien que l’équipage du Titanic ait reçu des avertissements provenant d’autres navires dans les ténèbres de cette nuit d’avril, ils n’arrivèrent pas à saisir l’urgence de ces avertissements. Quand l’équipage finit par apercevoir l’iceberg et commença les manœuvres pour l’éviter il était déjà trop tard.

Prenons-nous au sérieux les avertissements que nous entendons ? Quels avertissements devons-nous écouter ? Jusqu’où êtes-vous prêt à risquer votre avenir, en vous basant sur les discours des soi-disant « spécialistes » économiques et financiers de ce monde ? À quel point pouvez-vous compter sur votre travail, ou sur votre employeur, lorsque la situation empirera ? Qu’en est-il du gouvernement de votre pays – pouvez-vous vous fier sur lui pour subvenir à vos besoins et assurer votre sécurité, alors que la plupart des pays sont eux-mêmes sur le point de s’effondrer ? Vers qui pourrez-vous vous tourner lors de ces temps difficiles qui approchent ?

Le navire prend l’eau

De nos jours, nos nations doivent affronter de très nombreux problèmes – et ils s’accentuent chaque jour. Nos systèmes politiques basés sur l’hypocrisie ne fonctionnent plus. Les États-Unis exportent dans le monde entier des programmes de divertissement dégradants qui jettent l’opprobre sur ceux qui déclarent croire en Dieu. Le mariage traditionnel et la famille s’effondrent. Des millions de personnes ont des troubles mentaux. La pornographie se répand partout. Nos villes sont dangereuses. De nombreux enfants grandissent sans être guidés, sans objectif, et ils ressentent de l’impuissance et du désespoir. Des pratiques autrefois considérées comme des perversions sont maintenant protégées par la loi et même encouragées. Notre société accepte et encourage la convoitise et l’égocentrisme. Les engagements militaires des nations occidentales à travers le monde sapent leur force nationale. Quand tout cela prendra-t-il fin ? Où va notre navire ?

Beaucoup de gens sont choqués lorsqu’ils entendent des spécialistes annoncer l’effondrement des États-Unis, pourtant si puissants autrefois. En avertissant des dangers d’une récession en double creux, l’économiste Mortimer Zuckerman a écrit : « Les pronostics pour l’Amérique sont particulièrement décourageants. Nous nous sommes trop reposés sur les bénéfices accumulés grâce à nos exportations sans nous préoccuper de nos déficits budgétaires abyssaux. Jusqu’à récemment, nous connaissions des déficits de cet ordre seulement lorsque nous étions engagés dans une guerre majeure […] Mais à présent, nous enregistrons un déficit annuel de 1,4 milliard de dollars, environ 10% de toute notre économie […] L’exception américaine existe toujours. Mais nous devons supporter un gouvernement incohérent et dépensier. Le principe fondateur de l’Amérique était de créer un monde meilleur pour nos enfants et nos petits-enfants. Nous pouvons le faire. Nous ne le faisons pas » (“The Danger of a Global Double-Dip Recession Is Real”, USNews.com, 29 novembre 2010. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). Les avertissements sont sérieux et le danger est réel. Mais qui écoute ? Y a-t-il quelqu’un pour nous détourner de l’iceberg ?

Niall Ferguson, professeur d’histoire à Harvard, a récemment averti qu’une récession économique peut se transformer en catastrophe dès que la confiance dans le système financier commence à s’effriter. « Les chiffres en eux-mêmes […] ne peuvent pas éroder la force américaine, mais ils peuvent affaiblir la confiance historique dans la capacité des États-Unis à surmonter n’importe quelle crise. Actuellement, le monde espère toujours que les États-Unis trouveront une issue de secours […] Mais un jour, un ensemble de mauvaises nouvelles – peut-être un rapport négatif d’une agence de notation – fera la une des journaux […] Soudainement, ce ne sera plus une poignée de politiciens qui s’inquiétera de la viabilité de la politique budgétaire des États-Unis, mais la population toute entière, sans parler des investisseurs étrangers. Ce changement sera crucial : un système flexible complexe connaît de gros problèmes lorsque les éléments qui le composent ne croient plus à sa viabilité » (“Complexity and Collapse : Empires on the Edge of Chaos”, Foreign Affairs, mars-avril 2010).

En fin de compte, ces spécialistes sont en train de dire que le luxueux transatlantique États-Unis semble être à flots et en ordre de marche, mais il est en train de sombrer. Et le chavirage peut survenir soudainement sans prévenir. En parlant de la nation d’Israël, le prophète Ésaïe avait averti : « Ce crime sera pour vous comme une partie crevassée qui menace ruine et fait saillie dans un mur élevé, dont l’écroulement arrive tout à coup, en un instant » (Ésaïe 30 :13). Le calme relatif peut nous tromper au sujet du danger réel – qui peut apparaître soudainement. Ce n’est pas le moment de faire preuve de laxisme à la barre.

En 2000, un ancien politologue du KGB et doyen de l’académie diplomatique du ministère russe des Affaires étrangères, Igor Panarine, avait prédit que les États-Unis s’effondreraient dans les dix ans. Pendant la dernière décennie, on s’est généralement moqué de lui et on l’a éconduit. Mais lorsque survint le chaos financier de 2008, les gens ont commencé à l’écouter. Panarine suggérait que l’immigration de masse, le déclin économique et la dégradation de la morale provoqueraient une guerre civile et l’effondrement du dollar à partir de juin 2010. Il avait prédit que les États-Unis se diviseraient en six régions.

Bien entendu, les États-Unis sont toujours ensemble. Panarine s’est trompé sur le calendrier. Mais cela signifie-t-il que ses prédictions de déclin sont inexactes ? En d’autres termes, nonobstant cette erreur de calendrier, les conditions menant à l’effondrement annoncé sont-elles toujours d’actualité ?

Le roi Salomon a écrit : « L’homme prudent voit le mal et se cache, mais les simples avancent et sont punis » (Proverbe 22 :3). Dieu veut nous avertir des icebergs à venir et souhaite que nous nous préparions à faire face aux catastrophes ! Jésus-Christ réitéra ce principe lorsqu’Il déclara : « Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste » (Luc 21 :34). Notre Sauveur nous conseille de ne pas jouer avec le péché, d’abandonner les habitudes destructrices et de fuir les choses futiles. Il nous exhorte à nous préparer pour les grands événements qui sont devant nous. Un peu plus loin, Il explique : « Car il [ce jour] viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la surface de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 :35-36).

Sur le point de sombrer ?

Peu de gens aujourd’hui comprennent que la Bible explique l’ascension fulgurante des États-Unis et de la Grande-Bretagne au cours des deux derniers siècles – et qu’elle annonce une chute vertigineuse de ces nations si elles ne se repentent pas. La clé pour comprendre cela est de savoir que les États-Unis et la Grande-Bretagne – ainsi que les autres nations de souche britannique – sont les descendants actuels de l’ancienne tribu de Joseph, le fils de Jacob/Israël.

Quel avenir Dieu a-t-Il annoncé pour la postérité de Joseph dans les derniers jours ? « Joseph est le rejeton d’un arbre fertile, le rejeton d’un arbre fertile près d’une source ; les branches s’élèvent au-dessus de la muraille » (Genèse 49 :22). La Grande-Bretagne et les États-Unis devaient être bénis d’une prospérité économique sans précédent, dont les bénéfices devaient se répandre sur les autres nations à travers le monde.

C’est exactement ce qui s’est passé, Dieu étant la Source de ces bénédictions : « C’est l’œuvre du Dieu de ton père, qui t’aidera ; c’est l’œuvre du Tout-Puissant, qui te bénira des bénédictions des cieux en haut, des bénédictions des eaux en bas, des bénédictions des mamelles et du sein maternel. Les bénédictions de ton père s’élèvent au-dessus des bénédictions de mes pères jusqu’à la cime des antiques collines : Qu’elles soient sur la tête de Joseph, sur le sommet de la tête du prince de ses frères ! » (versets 25-26). Ces nations devaient également avoir la supériorité militaire (Genèse 49 :23-24) et posséder les portes de leurs ennemis (Genèse 24 :60).

Ces bénédictions seraient-elles éternelles ? Non ! Le « paquebot de luxe » fort de sa richesse et de sa prospérité court à la catastrophe. À cause de leurs péchés nationaux, les descendants actuels de Joseph seront les principales victimes de la tribulation à venir. « Mais si tu n’obéis point à la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage : Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit dans les champs. Ta corbeille et ta huche seront maudites » (Deutéronome 28 :15-17).

Dieu a prophétisé que les enfants actuels de l’ancien Israël rencontreront des problèmes insurmontables aux quatre coins du pays – partout dans les villes et dans les campagnes ! Les récoltes seront mauvaises. La pluie tombera sporadiquement. La fréquence des maladies s’accroîtra de plus en plus. Les sécheresses et les feux de forêt alterneront avec les pluies diluviennes et les inondations (verset 22).

Des climatologues américains rapportent que 2011 fut la pire année concernant les conditions météorologiques extrêmes, avec une dizaine « d’événements » ayant coûté chacun au moins 1 milliard de dollars, rien qu’aux États-Unis (“Will 2012 top 2011 for record weather disasters ?”, Reuters, 27 décembre 2011). Combien de temps faudra-t-il pour que les Américains et les Britanniques admettent que Dieu essaye d’attirer leur attention ? Encore maintenant, malgré les conditions climatiques extrêmes, ces nations restent les plus bénies de la terre. Actuellement, elles mesurent les catastrophes en dollars et en dommages matériels – pas encore en dizaines de milliers de morts, comme cela arrive dans d’autres pays. Combien de temps faudra-t-il encore avant que Dieu laisse ces grandes nations couler à cause de l’escalade des péchés nationaux et personnels ?

L’orchestre continuait de jouer

Alors que le bateau commence à « prendre l’eau », que font les gens ? Des millions d’Américains, de Britanniques, d’Australiens, de Canadiens, de Néo-Zélandais et de Sud-Africains continuent de s’adonner à leurs addictions, comme la pornographie. Les États-Unis sont les premiers producteurs de contenu pornographique sur Internet – environ 89% selon les estimations. Quelle honte pour un pays soi-disant « chrétien » ! Combien de temps faudra-t-il encore avant que le Dieu Tout-Puissant arrête ces horreurs en laissant chavirer le navire ?

Combien d’Israélites actuels s’engouffrent la tête la première dans le consumérisme, en dépit des difficultés économiques ? Alors que l’eau s’infiltre dans le bateau qui gîte, continuons-nous à perdre notre temps et nos vies obsédés avec des choses matérielles et ce qui en découle ? Perdons-nous notre temps en nous laissant absorber par la spirale sans fin des médias électroniques ? Le Christ nous a mis en garde contre ce mode de pensée, en disant : « Gardez-vous avec soin de toute avarice ; car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, serait-il dans l’abondance » (Luc 12 :15). Le passager le plus riche du Titanic – parmi de nombreuses autres personnes riches et influentes – était John Jacob Astor IV. Mais lui et les autres passagers riches ont péri à bord de ce navire. Leurs richesses ne les ont pas sauvés. De même que nos richesses ne nous sauveront pas !

Dieu avait annoncé que ces malédictions « seront à jamais pour toi et pour tes descendants comme des signes et des prodiges. Pour n’avoir pas, au milieu de l’abondance de toutes choses, servi l’Éternel, ton Dieu, avec joie et de bon cœur » (Deutéronome 28 :46-47). Il est temps de se réveiller ! Le navire est en train de sombrer ! Malgré les bénédictions, notre bateau sombre car nous avons refusé de remercier Dieu pour nous avoir donné la vie, le souffle et l’abondance matérielle.

Les choses vont encore empirer, avant de s’améliorer. Puisque Son peuple ne L’a pas servi avec joie et de bon cœur lorsqu’il était dans l’abondance, Dieu déclara, par l’intermédiaire de Moïse, qu’il servira ses ennemis « au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et de la disette de toutes choses, tes ennemis que l’Éternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu’à ce qu’il t’ait détruit » (Deutéronome 28 :48). C’est un sévère avertissement !

Tous aux canots !

Aussi choquant que cela puisse paraître, une époque de désastre national, d’anéantissement et de défaite viendra s’abattre sur les nations israélites actuelles. Dieu l’a annoncé. Mais Il donne également de l’espoir et du réconfort au milieu de ces avertissements. Après que l’Israël moderne aura été en esclavage, Il prophétise :« C’est de là aussi que tu chercheras l’Éternel, ton Dieu, et que tu le trouveras, si tu le cherches de tout ton cœur et de toute ton âme. Au sein de ta détresse, toutes ces choses t’arriveront. Alors, dans la suite des temps, tu retourneras à l’Éternel, ton Dieu, et tu écouteras sa voix ; car l’Éternel, ton Dieu, est un Dieu de miséricorde, qui ne t’abandonnera point et ne te détruira point : il n’oubliera pas l’alliance de tes pères, qu’il leur a jurée » (Deutéronome 4 :29-31). Dans les derniers jours, Dieu entendra ceux qui L’imploreront en se repentant réellement !

Mais pourquoi attendre ? Pourquoi ne pas Le chercher dès maintenant ? Pour notre sécurité et celle de notre famille, pourquoi ne pas commencer à prier Dieu humblement et à chercher ce que nous faisons de mal (Apocalypse 21 :8) ? Pourquoi ne pas faire preuve d’humilité en nous repentant de nos péchés maintenant ?

Jésus a annoncé qu’il y aurait des guerres, des famines, des séductions religieuses, des persécutions et des tribulations à la fin des temps. Mais Il a également souligné que « celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette bonne nouvelle [l’Évangile] du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 :13-14).

Les Écritures nous donnent des nouvelles encourageantes sur un monde meilleur qui sera bientôt établi. Après les ténèbres qui s’approchent, des jours meilleurs apparaîtront, lorsque le Christ reviendra diriger personnellement la planète Terre. Il mettra fin aux rébellions et à la désobéissance, Il régnera avec justice et équité (Ésaïe 2 :4) pour le bien de l’humanité toute entière.

De nombreux passagers riaient et se moquaient des membres de l’équipage du Titanic lorsqu’ils donnèrent l’ordre de mettre les canots de sauvetage à l’eau. Le bateau semblait avoir tenu le coup après le choc fatal – une brèche de 90 mètres sous la ligne de flottaison. En fait, le Titanic ne commença à couler que quelques heures plus tard. Au départ, le fait de monter à bord d’un petit canot de sauvetage, dans le noir, au milieu de l’océan, ne semblait pas être une alternative intéressante par rapport à la sécurité relative à l’intérieur du navire. Mais en fin de compte, c’était le choix le plus sage.

Ne vous laissez pas séduire par le calme apparent – et par les gens qui prétendent que les choses continueront comme avant (2 Pierre 3 :3-4). La vérité est qu’un jour de jugement approche (Matthieu 24 :21-22) ! Si les descendants actuels de l’ancien Israël ne se repentent pas sincèrement et ne se tournent pas vers le Dieu qui nous a créés, leur bateau court à sa perte.

Mais vous pouvez éviter d’être surpris ! Obéissez aux commandements de Dieu. Cultivez une relation avec Lui, en Lui adressant vos prières et en marchant avec Lui quotidiennement. Soyez proches de Dieu et laissez-vous conduire par Sa parole dans tous les aspects de votre vie. « Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse ; reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers » (Proverbes 3 :5-6). Laissez Jésus-Christ être le « Capitaine » de votre salut (Hébreux 2 :10) et le Maître de votre vie. Enfin, souvenez-vous qu’aucun bateau n’est insubmersible et qu’aucun pays n’est trop grand pour couler.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +