Des nuances de gris ou de couleur ?

Commenter cet article

Comment expliquer la popularité de la trilogie Cinquante nuances de Grey et du film tiré de cette histoire ? Ces livres mettent en scène des valeurs qui semblent éloignées de la chrétienté, mais des sondages montrent qu’ils ont été lus par 9% d’Américaines se déclarant chrétiennes. Est-ce la promesse contenue dans le titre « nuances de gris » (en anglais Grey voulant dire gris) qui les attire ? Une expression reflétant le désir humain de ne pas voir le bien et le mal de façon absolue, mais relative ?


Parmi les soi-disant chrétiens, la morale s’est effondrée au niveau des « nuances de gris », car les anciennes valeurs absolues sont désormais considérées comme obsolètes. Cela s’applique aussi à la relation fondamentale homme-femme.

Est-il mal pour un homme et une femme d’avoir des relations sexuelles avant le mariage ? Certains disent que vivre ensemble avant de se marier est un bon « test » – pour voir s’ils sont compatibles. Sans aller aussi loin, d’autres couples ne voient aucun problème à coucher ensemble avant le mariage. Pour certains, l’acte sexuel reste tabou, mais ils sont à l’aise avec les préliminaires, car ils pensent que s’embrasser et se caresser fait partie du processus pour savoir s’ils aiment quelqu’un. Est-ce une « zone grise » ? Les actes sexuels extraconjugaux sont-ils un choix personnel ?

De même, est-il acceptable de regarder des images érotiques ou pornographiques, puisqu’il n’y a pas de contact physique ? La pornographie est-elle un « crime inoffensif » ? Une autre « zone grise » ? Ou encore, est-il acceptable d’écouter de la musique dont les paroles glorifient la promiscuité sexuelle ou la fornication ? Est-il mauvais de chanter en même temps ? Est-ce une zone grise laissée à l’appréciation personnelle ?

Quels sont les rôles et les responsabilités des hommes et des femmes dans les familles ? Y a-t-il une différence dans la façon dont un homme doit remplir son rôle de père et de mari, et une femme son rôle de mère et d’épouse ? Ou bien est-ce une autre « zone grise » ?

D’autres “zones grises” ?

Nous ne devons pas chercher loin pour trouver d’autres « zones grises » dans notre culture. Dans les nations occidentales, le meurtre est un crime. Cependant, la France a décidé en 1975 qu’une femme pouvait tuer un autre être humain si celui-ci était dans son ventre. Depuis 40 ans, un débat fait rage pour savoir à quel moment un bébé devient un être humain. L’avortement est-il un meurtre ? Ou le fœtus ne devient-il une personne qu’après quelques semaines ou quelques mois ? Dans notre culture, c’est une « zone grise » pour beaucoup de gens.

Et les jeux vidéo violents ? Est-il acceptable de tuer quelqu’un virtuellement, tant que cela « ne reste qu’un jeu » ? Quelle est la limite entre un « divertissement inoffensif » et la « désensibilisation à la violence » ? En grandissant dans une société qui ne reconnaît pas l’autorité de Dieu, un des défis est de percer le brouillard qui entoure ces « zones grises ».

Comment pouvons-nous y parvenir ? Comment pouvons-nous voir le spectre entier de ce que Dieu attend de nous ?

Le spectre entier

Tout d’abord, qu’est-ce que le « gris » ? Il s’agit d’une couleur « achromatique », c’est-à-dire « qui ne produit pas de sensation colorée » (Le Grand Robert) – en d’autres termes, il s’agit d’une « couleur “sans couleurs” » (Webster’s New World Dictionary). Appliqué à l’éthique, le gris définit des situations sans valeurs morales claires. Dans un monde où la révélation divine est absente, tout est gris. Personne ne peut dire si une décision, une action ou une pensée est entièrement bonne ou mauvaise !

Mais il manque une dimension essentielle à l’humanité.

Dans la Bible, nous lisons que Dieu planta un jardin rempli d’arbres « agréables à voir et bons à manger » (Genèse 2 :9). Quelles sortes d’arbres y avait-il ? Pensez aux magnifiques couleurs des arbres autour de nous : les pommiers, les cerisiers, les abricotiers, les pruniers, les cocotiers, les manguiers… pour n’en citer que quelques-uns !

Et Dieu dit à Adam (et Ève) qu’il pouvait manger de tous ces arbres ! « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin » (verset 16). En d’autres termes, Dieu donna à Adam et Ève un monde d’arbres et de fruits colorés, merveilleux et délicieux. Ils pouvaient les toucher, les étudier, les planter et se délecter de leurs fruits.

Dans un sens, ils avaient le « spectre entier » des arbres, comme nous pouvons voir le spectre entier des couleurs. Pourquoi voyons-nous en couleur et pas en noir et blanc ? Car nos yeux sont faits ainsi. Les « bâtonnets » dans nos yeux nous permettent de distinguer les nuances de gris – depuis le blanc jusqu’au noir. Mais grâce aux « cônes », nous pouvons voir en couleurs. Ces derniers permettent à notre cerveau de reconnaître le bleu du vert, le rouge du jaune et l’orange de l’indigo. Les scientifiques disent que les humains pourraient distinguer 10 millions de couleurs (Wyszecki, Color, page 824) !

Il n’y avait probablement pas 10 millions de variétés d’arbres autour d’Adam et Ève, mais tout de même un grand nombre. Il n’y avait qu’une exception, un seul arbre avait des « restrictions » (verset 17). Cet arbre représentait la rébellion contre Dieu et le fait de décider soi-même ce qui est bien ou mal. Et pourtant, ils ont laissé de côté tous les arbres du jardin – y compris le plus précieux d’entre eux, l’arbre de vie – pour le seul qu’ils ne pouvaient pas avoir.

Vivre en millions de couleurs

La notion de « nuances de gris » implique un mélange de bien et de mal. Une « zone grise » est une région qui peut être à la fois bonne ou mauvaise. En tant qu’humains, nous avons tendance à tirer la morale vers le bas. Mais Dieu n’a pas créé la vie pour qu’elle soit une suite interminable de compromis entre le bien et le mal. Dieu a créé un spectre coloré de millions de choses justes, positives, productives, énergisantes et créatrices à faire, à penser et à dire. Ce sont toutes les facettes de l’amour envers Dieu et notre prochain, mais les problèmes commencent dès que nous nous en éloignons.

Dans Genèse 2 :24, Dieu dit à Adam que l’homme quittera son père et sa mère pour devenir un avec sa femme. Autrement dit, il est correct de quitter sa famille de naissance, afin de fonder une nouvelle famille, sexuellement et émotionnellement, avec son conjoint. Nous pouvons choisir notre partenaire, nous marier et procréer. Nous avons un nombre infini de choix bibliques appropriés sur la façon de mener une vie heureuse et productive ensemble (Proverbes 5 :18). Dieu nous donne de magnifiques nuances de couleur lorsqu’Il nous guide dans les rôles prévus pour les hommes et les femmes (Éphésiens 5 :22-33). Ces formidables « couleurs » du mariage biblique sont tellement supérieures aux « zones grises » de l’attraction physique homme-femme, mélangées à la convoitise, la fornication et l’adultère.

Qu’en est-il des autres exemples ? Pourquoi s’embourber dans la « grisaille » des meurtres indirects dans les jeux vidéo ? Pourquoi rationaliser le meurtre d’un bébé dans le ventre de sa mère en comptant le nombre de jours depuis sa conception ?

Notre Dieu, le Créateur de l’univers, a proclamé qu’Il est venu sur Terre afin que nous puissions avoir la vie en abondance (Jean 10 :10) ! Nous ne devons pas vivre dans la « grisaille » de la confusion morale. Au contraire, nous devons apprendre à voir les couleurs vives de la justice, des actions positives et ainsi être bénis !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +