Un doux foyer dans la solitude du cosmos

Commenter cet article

Toutes les informations et les images envoyées par les modules lunaires, les robots sur Mars, les sondes orbitales proches de Jupiter et les autres équipements qui explorent l’univers nous transmettent le même message : il y règne un grand vide. Toutes les planètes et les lunes que nous avons explorées à ce jour semblent plutôt inhospitalières. Toutes les planètes, sauf une : ce merveilleux monde que nous appelons la Terre.


 

Toutes les informations et les images envoyées par les modules lunaires, les robots sur Mars, les sondes orbitales proches de Jupiter et les autres équipements qui explorent l’univers nous transmettent le même message : il y règne un grand vide. Toutes les planètes et les lunes que nous avons explorées à ce jour semblent plutôt inhospitalières. Toutes les planètes, sauf une : ce merveilleux monde que nous appelons la Terre.

Arrêtons-nous un instant pour apprécier le domicile cosmique que notre Créateur miséricordieux a conçu pour nous.

Il est facile de prendre notre planète et ses capacités pour acquises – après tout, c’est la seule chose que nous connaissons vraiment ! Mais une brève visite des autres planètes de notre système solaire apporte un contraste saisissant et cela peut nous aider à apprécier davantage la Terre. 

 

Une visite de nos voisines inhospitalières

La petite planète Mercure est la plus proche du soleil et elle n’est pas faite pour l’humanité. Vous ne pourriez pas y respirer car elle n’a quasiment pas d’atmosphère. Quand bien même vous y arriveriez, vous n’y resteriez pas longtemps : sa face exposée au soleil atteint des températures supérieures à 400°C, tandis que les températures sur sa face cachée descendent à -170°C !

Un peu plus loin du soleil se trouve Vénus. Couverte de nuages et faisant à peu près la même taille que la Terre, vous pourriez être tenté d’y voir une ressemblance. Quelle erreur ! Entourée d’une atmosphère épaisse et oppressante de dioxyde de carbone, la pression de l’air à sa surface serait assez puissante pour écraser un sous-marin nucléaire. Quant à sa température en surface, elle est encore plus élevée que sur Mercure – à plus de 450°C. L’humanité n’est pas la bienvenue dans ce paysage infernal.

La planète Mars offre des températures plus accueillantes – si vous n’êtes pas trop regardant sur la qualité de « l’accueil » ! À son équateur, la température est d’environ 20°C le jour, mais n’oubliez pas de prendre un duvet pour la nuit car le thermomètre descend à -70°C. Et pendant que vous mourez de froid, n’essayez même pas de respirer, car l’atmosphère de Mars est 100 fois moins dense que celle de la Terre. Toutes les photos reçues des sondes martiennes montrent qu’il s’agit d’une planète morte et pas très accueillante pour l’humanité. Cette planète, que les hommes espèrent coloniser un jour, est désertique.

Les autres planètes offrent encore moins d’opportunités que Mars pour vous accueillir le temps d’un weekend ! Ce sont toutes des « géantes gazeuses » – d’immenses planètes constituées principalement d’épaisses couches de nuages ondulants de gaz toxiques qui rendent impossible toute survie humaine. Saturne et ses anneaux majestueux est parfaite pour l’observation au télescope, mais pas pour y habiter.

Il semble bien qu’il n’y ait aucune place hospitalière pour l’humanité dans notre système solaire, à l’exception de notre merveilleuse Terre.

 

Un joyau cosmique rare

C’est effectivement un endroit magnifique ! Notre planète bleue et verte, grouillante de vie, se différencie de toutes les autres places connues dans l’univers comme le domicile parfait pour l’humanité. Cela est dû à des conditions très finement ajustées qui signalent l’existence d’un Dieu qui nous aime et qui prend soin de nous.

Dans leur livre Terre rare : Pourquoi la vie complexe est rare dans l’univers(1), le géologue et paléontologue Peter Ward et l’astrobiologiste Donald Brownlee présentent les très nombreux facteurs qui font de la Terre un lieu incroyablement rare dans l’univers. Par exemple, notre distance du soleil permet précisément qu’il y ait de l’eau à l’état liquide – essentielle à la vie – à la surface de notre planète. Les effets combinés de notre distance du soleil avec la répartition de l’eau dans les océans et de la surface terrestre aident à réguler les températures, afin que nous n’atteignions pas des extrêmes qui empêcheraient la vie. Selon les scientifiques, la présence d’une seule lune, assez grande, permet de stabiliser l’inclinaison de notre planète afin que nous ayons des saisons équilibrées et des climats tempérés.

Ce n’est qu’un bref aperçu d’une très longue liste. Notre planète ne se trouve pas simplement dans une zone propice autour du soleil – elle se trouve dans une très rare zone propice de toute la galaxie. La Terre se situe dans un endroit relativement sûr de l’espace, loin d’un magnétar (étoile à neutrons) et d’autres dangers cosmiques qui pourraient rayer la vie de notre planète en quelques instants. La Terre possède de grandes quantités de composés chimiques nécessaires à la vie – l’eau et l’oxygène, mais aussi les métaux et d’autres matières. Nous sommes bénis d’avoir un « aspirateur » cosmique dans notre système solaire : la planète géante Jupiter, avec son immense champ gravitationnel qui « nettoie » notre région des débris qui pourraient percuter la Terre et la détruire. Des scientifiques comme Ward et Brownlee ont recensé de très nombreux facteurs similaires qui font de l’existence même de la Terre – située parfaitement pour soutenir la vie – un événement extrêmement rare dans l’univers. À tous points de vue, notre planète semble avoir été conçue pour accueillir des formes de vie semblables à la nôtre.

 

L’élément central du plan divin pour l’univers !

Il ne fait aucun doute que la Terre a été conçue en fonction de nos besoins ! Le prophète Ésaïe fut inspiré à décrire le Dieu qui a créé notre monde, « qui a formé la terre, qui l’a faite et qui l’a affermie, qui l’a créée pour qu’elle ne soit pas déserte, qui l’a formée pour qu’elle soit habitée » (Ésaïe 45 :18).

L’humanité est le point d’orgue de la création de Dieu et le noyau de Son plan destiné à créer une famille divine qui héritera toutes choses. Quant à la Terre, elle aura toujours un rôle important dans le plan de Dieu, même lorsque Sa famille s’étendra dans l’univers. Lorsque Son plan de salut sera achevé et que la création aura été purifiée et nettoyée du péché, Dieu promet qu’Il établira « de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera » (2 Pierre 3 :13).

Le célèbre scientifique Carl Sagan décrivit dans un livre une photo prise par la sonde Voyager 1, à environ 6 milliards de km de la Terre. La photo faisait partie d’une mosaïque regroupant six des huit planètes du système solaire – un « portrait de famille » de notre environnement proche, où chaque planète n’est qu’un petit point de lumière dans la noirceur de l’espace. En parlant du « point bleu pâle » isolé représentant la Terre dans les vastes ténèbres, Sagan écrivit : « Nos postures, notre propre importance imaginée, l’illusion que nous avons quelque position privilégiée dans l’univers, sont mis en question par ce point de lumière pâle. Notre planète est une infime tache solitaire enveloppée par la grande nuit cosmique. Dans notre obscurité – dans toute cette immensité - il n’y a aucun signe qu’une aide viendra d’ailleurs nous sauver de nous-mêmes » (Un point bleu pâle(2), page 7).

Cette réflexion appelle à l’humilité, mais elle n’est pas exacte pour autant. Lorsque nous considérons le grand Dieu qui a créé ce point bleu pâle – cette oasis rare et magnifique façonnée par un Créateur qui a un grand plan pour ses habitants – il y a beaucoup plus qu’un « signe d’aide ». Il y a l’assurance de l’existence d’un Dieu qui nous aime.

Il n’y a effectivement pas de place plus confortable que notre planète.

(1)Rare Earth : Why Complex Life is Uncommon in the Universe
(2)Pale Blue Dot