Pourrions-nous créer une autre Terre ?

Commenter cet article

La Bible nous dit qu’avant la création de l’homme, notre planète était « informe et vide » – un territoire en ruine et inhabitable (Genèse 1 :2). Cependant, Dieu la restaura et, en seulement six jours, Il en fit un « paradis terrestre » rempli de vie pour l’humanité. Il déclara alors que tout ce qu’Il avait fait était « très bon » (Genèse 1 :31) et Il se reposa de l’œuvre de la création pendant le septième jour – l’achèvement de Son œuvre.


De plus en plus de scientifiques cherchent à savoir si l’humanité pourrait faire la même chose : prendre une planète désolée et sans vie afin de la restructurer pour la transformer en une magnifique planète semblable à la Terre, apte à recevoir la vie et l’humanité. Cette idée s’appelle la terraformation.

Pourrions-nous égaler les œuvres de la main de Dieu ? Vu l’ampleur colossale de la terraformation – rénover une planète entière pour recréer une autre Terre – quelles sont les conditions à réunir ? Et pourrions-nous y arriver ?

Pour de nombreux scientifiques, la planète Mars est la candidate la plus populaire pour la terraformation, à cause de ses similitudes avec la Terre et sa relative proximité. Ces scientifiques pensent que Mars – qui est actuellement stérile, froide et sans vie – fut autrefois plus chaude, avec de l’eau liquide en surface. Le fait qu’il ait pu y avoir un environnement moins hostile dans le passé donne de l’espoir pour la terraformer en une « nouvelle Terre » pour l’humanité.

Cependant, les défis présentés par Mars sont considérables ! Comme nous l’avons mentionné dans un article précédent (“Un doux foyer dans la solitude du cosmos”, juillet-août 2017), les températures sur la planète rouge descendent à -70°C et l’atmosphère est à la fois toxique pour les humains et particulièrement fine. Bien que l’eau soit présente à l’état solide, dans le permafrost sous la surface, l’eau liquide est rare ou inexistante.

 

Transformer Mars en “Terre 2”

Les deux premières conditions qui doivent être changées dans la terraformation de Mars sont la finesse de l’atmosphère et les températures basses, car les deux sont liées.

Pour y arriver, Christopher McKay, du Ames Research Center de la NASA et l’ingénieur aérospatial Robert Zubrin, ont proposé différentes méthodes, décrites dans un article encore populaire de nos jours (“Technological Requirements for Terraforming Mars”), publié par l’Institut américain pour l’aéronautique et l’astronomie en 1993.

Une approche serait de déployer de grands miroirs d’environ 100 km de diamètre qui orbiteraient autour de Mars afin de lui apporter davantage d’ensoleillement et de faire fondre les calottes glaciaires aux pôles. Le but serait de relâcher le dioxyde de carbone (CO2) emprisonné à la surface de Mars pour commencer à créer un « effet de serre » qui réchaufferait petit à petit la planète. Alors que le CO2 se concentrerait dans l’air de Mars, l’atmosphère s’épaissirait et les températures augmenteraient – relâchant davantage de CO2 et provoquant un cycle conduisant à atteindre les conditions désirées.

D’autres idées suggèrent de sélectionner de grands astéroïdes contenant des composés chimiques utiles pour la transformation de l’atmosphère martienne, puis d’utiliser des fusées pour les détourner et les faire s’écraser sur la surface de Mars, afin qu’ils relâchent leurs substances chimiques dans l’atmosphère. Selon les estimations de McKay et Zubrin, le plus pratique serait simplement d’envoyer de puissantes machines sur la surface de Mars qui fabriqueraient des gaz à effet de serre à partir des matériaux présents sur la surface martienne.

La terraformation serait un processus long. Après un siècle entier de travail, Mars commencerait seulement à être un peu plus chaude et moins aride, et elle aurait une atmosphère plus épaisse, mais elle serait encore très loin de ressembler à la Terre, en l’absence d’oxygène respirable. Pour régler ce problème, les chercheurs en terraformation proposent d’importer des plantes dans l’environnement martien – les générateurs d’oxygène créés par Dieu !

Les plantes – probablement des algues dans un premier temps – consommeraient le dioxyde de carbone et relâcheraient de l’oxygène, comme elles le font sur la Terre, mais ce serait un processus très lent. En 2014, des scientifiques ont rapporté que le lichen dans l’Antarctique avait montré une capacité à survivre et à croître dans des conditions similaires à celles de Mars, tant qu’il était protégé des radiations (“Lichen on Mars”, Phys.org, 17 janvier 2014). Des scientifiques pensent que des versions génétiquement modifiées de ces plantes pourraient être plus efficaces.

 

De tels plans sont-ils réalistes ?

Même si l’humanité disposait de l’intelligence, de la sagesse et de la capacité à atteindre ces objectifs, il serait idiot de vendre votre maison pour déménager sur Mars. Un article plus récent de Christopher McKay et Margarita Marinova mentionne qu’il faudrait au moins 100.000 ans pour que l’air devienne respirable sur Mars, mais sans disposer encore de la beauté de la Terre (“The Physics, Biology, and Environmental Ethics of Making Mars Habitable”, Astrobiology, vol. 1, n°1, 2001). Un millier de siècles est assurément beaucoup plus long que les six jours de la création divine !

Il existe également de nombreuses autres inquiétudes qui font de la terraformation de Mars pour l’humanité un fantasme plus qu’une réalité. Par exemple, Mars ne possède pas de champ magnétique lui permettant de protéger ses nouveaux habitants des rayons cosmiques ou de repousser le vent solaire qui aspirerait progressivement la nouvelle atmosphère martienne dans l’espace. Dans ces conditions, Mars finirait par revenir à son état actuel.

Et franchement, nous serions insensés de tenter cette transformation, alors que nous n’avons même pas appris à réussir à vivre sur notre propre planète. Dieu avait ordonné à l’humanité de prendre soin de la Terre et Il avait tout placé sous sa responsabilité (Genèse 1 :28 ; 2 :15), mais nous avons substitué notre propre « sagesse » à la Sienne. Le résultat est la pollution, la destruction de l’environnement et le gaspillage des ressources naturelles. Si nous ne savons pas vivre sur la Terre – la seule planète que nous connaissons – comment pouvons-nous penser que nous serions assez sages pour aménager une autre planète afin de pouvoir y vivre ?

 

La terraformation et notre ultime destinée

Dans le meilleur des cas, il faudrait au moins 100.000 ans à l’humanité pour dupliquer ce que le Dieu tout-puissant a créé en six jours (et encore, nous devrions “tricher” en important des formes de vie et des matériaux qu’Il a créés ailleurs). C’est un témoignage de la puissance, de l’intelligence et de la majesté de Dieu. La difficulté de créer une « autre Terre » devrait nous aider à apprécier la Terre actuelle qu’Il nous a déjà donnée.

Cependant, la vérité fascinante est que la destinée de l’humanité impliquera un travail de terraformation – mais à la façon divine, pas humaine !

Pour ceux qui veulent permettre à Dieu de développer en eux Son caractère et les pensées de Jésus-Christ (Philippiens 2 :5), une formidable destinée attend les membres glorifiés de Sa famille ! Il prévoit de leur donner « toutes choses » (Hébreux 2 :8) en tant qu’héritage – l’univers tout entier ! De nos jours, le cosmos semble désolé et sans vie, mais l’apôtre Paul a écrit que le jour viendra où la création « sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Romains 8 :21).

Un univers entier vous attend au-delà de Mars ! Souhaitez-vous devenir un des enfants de Dieu qui apportera la vie et la liberté à toute la création ? Les plans de Dieu pour l’œuvre de Ses mains vont bien au-delà de tous les rêves que nous pourrions avoir.  

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +