Pourquoi observer Noël ?

Commenter cet article

Pour beaucoup de gens, c’est une époque formidable de l’année. Cependant, combien célèbrent Noël sans vraiment comprendre de quoi il s’agit ? Il est temps d’en savoir plus.


En Europe, près de 90% des Français prévoient de célébrer Noël (Le Figaro, 12 novembre 2014). Au Canada, les Québécois dépensent plus de 1,3 milliard de dollars en cadeaux pendant cette période (Métro, 17 décembre 2015). Un sondage américain révèle même que 80% des « non-chrétiens » affirment observer Noël d’une manière ou d’une autre. Cependant, lorsqu’il s’agit de la raison de célébrer Noël, un peu plus de la moitié le fait pour des raisons religieuses et un tiers pour des raisons culturelles, avec peu ou pas de « connotation religieuse » (Pew Forum, décembre 2013).

Qu’en est-il de vous ? Et si vous observez Noël, pourquoi le faites-vous ?

Noël est extrêmement populaire ; des gens issus de nombreuses cultures et nations observent cette fête annuelle. « Il s’agit probablement de la fête la plus célébrée dans le monde, notre Noël moderne est le produit de centaines d’années de traditions séculières et religieuses venues du monde entier » (History.com).

La Norvège a popularisé la bûche de Noël et l’Allemagne a apporté la tradition de décorer un sapin. Le fait de chanter de maison en maison vient d’Angleterre. Les cultures d’Amérique centrale et du Sud se focalisent davantage sur la naissance du Christ et sur la soi-disant scène de la nativité. Les Australiens célèbrent Noël en plein milieu de l’été avec un barbecue à la plage. Aux Philippines, la neige est rare, mais de nombreuses décorations représentant le Père Noël et ses rennes sont suspendues dans les centres commerciaux du pays.

L’attrait de Noël est largement partagé. Pour beaucoup de gens, c’est devenu l’événement le plus important de l’année. Si vous observez Noël, comment le faites-vous ? Voyez comment l’écrivain Desmond Morris a décrit cette période :

« Pourquoi cette femme achète-t-elle suffisamment de réserves pour nourrir un régiment ? Pourquoi cet homme se bat-il pour faire rentrer un petit sapin dans son coffre de voiture ? Pourquoi ce couple dans la rue a-t-il du mal à transporter une montagne de paquets ? […] Mais que se passe-t-il donc ? Noël approche, bien entendu […] L’espèce humaine se prépare à célébrer sa grande fête du milieu de l’hiver. Il y a beaucoup d’autres jours spéciaux dans l’année […] mais rien n’égale l’immense impact du jour de Noël » (Christmas Watching, c’est nous qui accentuons).

Beaucoup d’achats, de préparations en cuisine, de décorations – et ce n’est que le début ! Cette célébration annuelle touche presque tout le monde et des millions de gens l’attendent avec impatience. Morris note encore qu’à l’époque de Noël :

« … Tout change. Le travail s’arrête, de vastes empires commerciaux font une pause. Les embouteillages disparaissent. Les gens mangent différemment, s’habillent différemment et décorent leur maison différemment […] Ils se réjouissent autour de mets délicats et boivent des boissons spéciales. Ils ouvrent des cadeaux et s’amusent avec des jeux. Par-dessus tout, il y a un assortiment de rites à effectuer – s’embrasser sous le gui, accrocher des boules au sapin de Noël, découper la bûche et s’échanger des cadeaux » (page 1).

Les gens finissent infailliblement par reproduire les mêmes schémas d’une année sur l’autre. Pour quelle raison ? Quel est le but de tout cela ? Morris conclut :

« Pourquoi nous adonnons-nous à toutes ces coutumes étranges ? […] Que représentent-elles et quelles sont les origines des nombreux gestes apparemment irrationnels que nous effectuons chaque année pendant la période du 25 décembre ? Bien que Noël soit officiellement la célébration de la naissance du Christ, tout ce que nous faisons pendant les fêtes de Noël n’a quasiment aucun lien avec le christianisme, sans même parler de la naissance de l’enfant Jésus […] Noël est attrayant pour presque tout le monde car cela représente beaucoup plus qu’une simple fête religieuse. C’est devenu un événement national. Des gens qui n’ont jamais mis les pieds dans une église pendant toute leur vie adulte continuent de célébrer les traditions de Noël sans les remettre en question. Généralement, ils n’ont aucune idée de ce qu’ils font » (pages 1-2).

Morris fournit un excellent résumé candide du soi-disant “plus grand événement de l’année », en montrant que les traditions de Noël sont vides et dénuées de sens. Êtes-vous prêt(e) à examiner ces traditions ? Si vous avez le courage de le faire, vous serez choqué(e) de découvrir combien il est plus gratifiant d’observer les jours spéciaux que Dieu a créés à notre intention.

 

En l’honneur du Christ ?

Beaucoup de gens célèbrent Noël afin d’honorer le Christ et de Lui montrer leur fidélité. Leur réponse à la question « Pourquoi observer Noël ? » serait : « Pour adorer le Christ. » Certes, nous devons adorer le Christ ! Il est notre Sauveur, le Prince de notre salut, Celui qui reviendra diriger le monde en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Nous devons L’honorer ! Mais de quelle manière ?

En parlant depuis le mont des Oliviers, Jésus demanda à la foule :

« Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? Je vous montrerai à qui est semblable tout homme qui vient à moi, entend mes paroles, et les met en pratique. Il est semblable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé profondément, et a posé le fondement sur le roc. Une inondation est venue, et le torrent s’est jeté contre cette maison, sans pouvoir l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie » (Luc 6 :46-48).

Nous voulons tous avoir la paix d’esprit. Tout le monde veut être bien dans sa peau, au lieu de perdre le contrôle sur ce qui nous entoure. Pensez à ce que Jésus a dit. Lorsque vous rencontrez des épreuves, souhaiteriez-vous « avoir le soutien » de Dieu ? Souhaiteriez-vous avoir l’assurance que Dieu vous aidera quoi qu’il arrive ?

Nous vivons à une époque instable. Notre monde devient de plus en plus dangereux et imprévisible. Beaucoup de gens s’inquiètent à juste titre de l’avenir. Les prophéties nous mettent en garde au sujet des jours difficiles à venir, mais le Christ dit que ceux qui bâtissent sur le véritable Roc seront solides dans les tempêtes de la vie.

À l’opposé, voyez ce qu’il se passera si nous ne bâtissons pas sur le Roc, qui est le Christ : « Mais celui qui entend, et ne met pas en pratique, est semblable à un homme qui a bâti une maison sur la terre, sans fondement. Le torrent s’est jeté contre elle : aussitôt elle est tombée, et la ruine de cette maison a été grande » (Luc 6 :49).

Sur quoi bâtissez-vous les fondations de votre vie et de la vie de vos enfants ? Les aidez-vous à bâtir des fondations qui résisteront aux tempêtes à venir ?

De nombreuses traditions modernes de Noël se focalisent sur un personnage imaginaire qui aime les enfants, qui vole dans un traîneau mythique à une vitesse supersonique, qui sait qui a été « gentil ou méchant » et qui apporte de beaux cadeaux à ceux qui se sont bien comportés. Je parle ici du Père Noël et, bien entendu, tout le monde sait qu’il n’existe pas.

Mais considérez un instant le scénario suivant… Et s’il existait un Être qui aime les enfants, qui peut voyager à la vitesse de la pensée et qui connaît toutes nos actions et nos pensées ? Un Être qui saurait réellement si nous avons été bons ou mauvais et qui nous récompenserait selon nos œuvres. Cet Être existe vraiment et il s’agit du Christ de la Bible. Voici un passage parmi d’autres révélant Sa véritable nature :

« Alors on lui amena des petits enfants, afin qu’il leur impose les mains et prie pour eux. Mais les disciples les repoussèrent. Et Jésus dit : Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. Il leur imposa les mains, et il partit de là » (Matthieu 19 :13-15).

Chaque fin d’année, des hommes se déguisent en Père Noël et sont présents dans les centres commerciaux. Les enfants attendent impatiemment de s’asseoir sur ses genoux et de lui chuchoter leurs demandes à l’oreille. Mais la parole inspirée de Dieu parle d’un Être qui est réel et vivant, qui a prouvé lorsqu’Il était sur Terre à quel point Il aimait les enfants, Il s’intéressait à leur vie et Il voulait entendre leurs préoccupations. Alors même que Ses disciples pensaient qu’Il était trop occupé, Il prit du temps pour les enfants. Il les fit venir à Lui, Il les prit dans Ses bras, Il leur imposa les mains pour les bénir et Il pria pour eux. Il s’agit du Jésus-Christ de la Bible. Qui est le plus réel aux yeux de vos enfants ? Le Père Noël ou Jésus-Christ ?

Juste après avoir été ressuscité, le Christ donna un aperçu de Sa puissance :

« Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous ! Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur » (Jean 20 :19-20).

Notre culture glorifie un personnage imaginaire qui apporterait des cadeaux la veille de Noël avant de disparaître dans la nuit. Mais, après Sa résurrection, Jésus-Christ avait réellement le pouvoir de voyager où Il le voulait en un clignement d’œil. Il apparut instantanément dans une pièce dont les portes étaient fermées. Il s’agit assurément d’un pouvoir surnaturel !

Lorsque Jésus-Christ reviendra, la Bible montre qu’Il récompensera les êtres humains selon leurs œuvres : « Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon son œuvre. Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin » (Apocalypse 22 :12-13).

Jésus-Christ sait qui a été « méchant ou gentil » et Il récompensera chacun selon ses œuvres. Bien que le salut soit un don gratuit de Dieu pour ceux qui Le cherchent dans la foi et l’obéissance, le Christ voit ce que nous faisons et Il récompensera à la fois notre service à Son égard et notre amour désintéressé pour ceux qui nous entourent.

Alors, qui devrions-nous honorer et adorer ? Notre dévotion devrait se tourner vers Celui qui peut réellement traverser des murs et voyager à la vitesse de la pensée. Nous devrions honorer et adorer Celui qui connaît nos pensées et nos actions, Celui qui nous aime réellement et qui aime nos enfants – comme Il l’a prouvé en donnant Sa vie pour nous !

Cependant, la culture populaire glorifie un autre personnage. Un héros de fiction qui a détourné l’attention qui devrait être accordée à Celui qui la mérite vraiment. Plus loin dans son livre, Desmond Morris aborda également ce point :

« Le Père Noël s’appela d’abord Nicolas, un évêque de l’ancienne ville côtière de Myre, dans le sud-ouest de la Turquie actuelle. [Nicolas] devint un saint extrêmement populaire dans toute l’Europe car il donnait des cadeaux avec générosité et il protégeait les jeunes enfants » (page 12).

Morris expliqua ensuite comment ce personnage changea et évolua au fil des siècles pour devenir le Père Noël actuel :

« Le nom du Père Noël [fut juxtaposé] à la personnalité de saint Nicolas, afin de créer notre personnage très célèbre de Noël. N’en déplaise à la partie la plus pieuse du clergé, le Père Noël est devenu plus populaire que Jésus pour les enfants actuels. Cela a outragé certains éléments de l’Église, mais ils n’ont pas réussi à enrayer son ascension au cœur de la fête de Noël […] Le Père Noël est appelé à durer » (page 13).

Le Père Noël est-il plus réel que Jésus-Christ pour les enfants ? Si c’est le cas, n’est-ce pas un signal clair que quelque chose ne tourne pas rond ?

Chacun d’entre nous devrait connaître davantage le véritable Dieu. Cela requiert que nous Le reconnaissions et que nous rejetions les imposteurs imaginaires qui cherchent à prendre Sa place.

 

Une formidable réunion de famille ?

Jusqu’à présent, cet article s’est concentré sur ceux qui observent Noël pour des raisons religieuses, mais beaucoup l’observent juste par tradition, sans aucun but religieux. Ils disent que c’est l’occasion de passer du temps avec la famille et les amis, de faire preuve de bienveillance et de partager des sentiments positifs. Passer du temps avec ceux que nous aimons est une bonne chose. Dieu a créé la famille et Il désire que nous soyons proches les uns des autres. Le simple fait de manger ensemble renforce les liens entre les êtres humains.

Mais nos repas – et nos réunions au cours de l’année – devraient-ils seulement être focalisés sur le fait d’être en compagnie des autres ? N’y a-t-il pas des occasions spéciales – des Jours saints – pendant lesquelles nous devrions inclure Celui qui nous a créés en premier lieu ?

Les premiers membres de l’Église du Nouveau Testament se retrouvaient régulièrement ensemble, mais quels Jours saints observaient-ils ? Actes 2 décrit l’un d’entre eux – la Pentecôte ou la « Fête des Prémices ». Pourquoi observaient-ils ce Jour saint ou cette « Fête » ? Car il s’agissait d’un jour ordonné par Dieu afin que Son peuple observe une assemblée commandée – et ce depuis l’époque de Moïse et de l’Exode. Une autre Fête s’appelle la Fête des Tabernacles. Jésus Lui-même observa cette Fête, comme nous pouvons le lire dans Jean 7 :10.

La Bible contient une description fascinante de la Fête des Tabernacles, qui représente une époque formidable pour les familles, pendant laquelle les pères, les mères, les fils, les filles et les proches peuvent se réjouir ensemble :

« Vous mangerez, devant l’Éternel votre Dieu au lieu qu’il aura choisi pour y établir sa présence, la dîme de votre blé, du vin nouveau et de l’huile, ainsi que les premiers-nés de vos troupeaux de gros et de petit bétail. Ainsi vous apprendrez à révérer l’Éternel votre Dieu tous les jours de votre vie […] Là, tu achèteras avec l’argent tout ce qui te plaira : bœufs, moutons ou chevreaux, vin ou autres boissons alcoolisées, bref, tout ce dont tu auras envie, et tu le consommeras là devant l’Éternel ton Dieu, en te réjouissant avec ta famille » (Deutéronome 14 :23, 26, Semeur).

Qui n’aimerait pas se réjouir devant un succulent repas avec du filet de bœuf ou un gigot d’agneau, garnis de fruits et de légumes, le tout accompagné d’un verre de vin de son propre vignoble ? Imaginez plusieurs générations assises à la même table, riant et s’amusant, racontant des histoires, se taquinant gentiment les uns les autres et profitant de chaque seconde ! Tout cela dans le contexte d’apprendre à aimer et à servir le Dieu créateur.

La Fête des Tabernacles réunit non seulement les familles, mais elle regroupe aussi toute la communauté. Elle inclut tous ceux qui, autrement, seraient seuls et laissés pour compte : « Les immigrés, les orphelins et les veuves qui habitent dans votre ville […] mangeront à satiété. Alors l’Éternel votre Dieu vous bénira dans tous les travaux que vous entreprendrez » (Deutéronome 14 :29, Semeur).

Quel événement joyeux qui forgera des souvenirs pour le restant de la vie ! Qui ne voudrait pas y participer ? La Bible révèle dans Zacharie 14 :16 que toute l’humanité observera cette même Fête des Tabernacles pendant le règne millénaire du Christ !

Jésus-Christ est notre Sauveur. Il est venu volontairement sur la Terre. Il a vécu et Il est mort pour nous, afin de nous sauver de nos péchés. Il reviendra comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Il est essentiel de L’honorer. Mais nous devons honorer le Roi de la manière dont Il nous ordonne de L’adorer. Le Christ réprimanda sévèrement les dirigeants religieux de Son époque qui observaient de nombreuses traditions mais qui ne reconnaissaient pas le vrai Dieu. « Il leur dit encore : Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition […] annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables » (Marc 7 :9, 13).

Dieu nous dit dans Jérémie 10 :2-3 : « N’imitez pas la voie des nations […] car les coutumes des peuples ne sont que vanité. » Il s’agit d’un ordre donné par Dieu. Deutéronome 12 :30-31 nous dit encore : « Garde-toi de t’informer de leurs dieux et de dire : Comment ces nations servaient-elles leurs dieux ? Moi aussi, je veux faire de même. Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Éternel, ton Dieu… »

Si nos coutumes sont « religieuses, mais pas bibliques », avons-nous raté quelque chose ? Et si notre célébration est seulement séculière et que nous n’honorons pas le Christ qui nous donne la vie, tout cela n’est-il pas vide de sens ?

Il est temps de vous poser la question : pourquoi observer Noël ? Vous serez probablement surpris de la réponse. Pour en apprendre davantage à ce sujet, lisez notre brochure intitulée Noël est-il chrétien ?

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +