Un univers taillé juste pour vous

Commenter cet article

 Le 28 juin 2018, la revue New Scientist a publié un article intitulé « Un univers finement ajusté pourrait être sujet à controverse mais il ne peut pas être ignoré ». De quoi s’agit-il ?


Plus les cosmologues et les physiciens sondent les profondeurs des lois régissant notre univers, plus leurs certitudes sont ébranlées. Ils ont découvert que les lois de la nature semblent avoir été finement ajustées pour rendre la vie possible. Si un seul des nombreux principes et constantes régissant le cosmos était très légèrement différent, la vie telle que nous la connaissons n’existerait pas !

Lorsque nous examinons l’univers, il ne semble ni désordonné ni aléatoire. Au contraire, il semble avoir été conçu pour permettre l’existence de la vie ! Cette conception le montre d’elle-même à travers les nombreux facteurs qui doivent être finement et précisément ajustés afin de tailler un univers juste pour nous.

Le nombre de tels « paramètres » cosmiques rendant la vie possible est beaucoup trop grand pour être détaillé dans cet article. Mais prenons le temps d’en examiner quelques-uns et de voir les réglages précis qu’ils requièrent.

 

Un univers élaboré pour permettre la vie

Les physiciens ont découvert que le rapport des masses de particules formant un atome ne pouvait absolument pas varier. Si la moindre variation se produisait, la vie des étoiles serait trop courte ou, dans le pire des cas, les atomes eux-mêmes n’existeraient pas. Stephen Hawking a ainsi écrit : « Le fait remarquable est que la valeur de ces nombres semble avoir été finement ajustée pour rendre possible le développement de la vie » (Une brève histoire du temps, éditions Flammarion, page 162, traduction Isabelle Naddeo-Souriau). 

Considérez également la « constante cosmologique » – un nombre obscur mais essentiel lié à la « densité énergétique » de l’univers. Les scientifiques ont été surpris de découvrir que sa valeur était beaucoup plus faible que les théories ne le prévoyaient, mais comme le rapporte le prix Nobel de physique Steven Weinberg, si cette constante cosmique n’était pas « finement ajustée » à la 120ème décimale, l’univers aurait implosé ou il se serait élargi tellement vite qu’aucune étoile ni aucune galaxie ne pourrait exister (Scientific American, 1994).

La liste de ces nombres précisément ajustés pour permettre la vie est longue ! Si la force gravitationnelle était plus élevée, les étoiles seraient trop chaudes, brûlant ainsi trop rapidement et de façon hétérogène – mais si elle était plus basse, les étoiles seraient trop froides et elles n’arriveraient pas à initier la fusion nucléaire nécessaire à la vie. Si le niveau énergétique de l’atome d’hélium « au repos » était légèrement supérieur ou inférieur, il n’y aurait pas assez de carbone ni d’oxygène dans l’univers pour soutenir la vie. Si la force électromagnétique n’avait pas exactement la force qu’elle a, les liens chimiques rendant la vie possible ne pourraient pas avoir lieu. Il existe un nombre immense d’exemples scientifiques de telles « coïncidences » – lorsque les nombres sont réglés « juste comme il faut ».

Si ces facteurs conditionnant les forces et les lois de l’univers avaient différé de façon infime, nous n’existerions pas. Malgré tous leurs efforts, les physiciens et les cosmologues n’ont toujours pas réussi à découvrir une raison convaincante expliquant pourquoi ces conditions sont établies de façon aussi précise. Pour eux, c’est un mystère pour lequel ils continuent de chercher une explication satisfaisante.

Est-ce le fruit du hasard ? Est-il possible que nous soyons « chanceux » et que cela ait eu lieu comme dans un « univers Boucles d’or » ? Dans un article de la prestigieuse publication scientifique Nature, Geoff Brumfiel a résumé les implications d’un univers comme le nôtre qui rendrait la vie possible : « Si vous croyez aux équations des plus grands cosmologues mondiaux, la probabilité que l’univers soit devenu ce qu’il est par hasard est infinitésimale – un sur un nombre extrêmement grand » (5 janvier 2006).

 

Lorsqu’un athée change d’avis

Anthony Flew fut un des scientifiques athées les plus célèbres dans le monde, en écrivant de nombreux livres, ainsi qu’en participant à des conférences et des débats, en affirmant que Dieu n’existe pas – et que l’idée même de l’existence de « Dieu » était illogique.

Mais au début des années 2000, il choqua beaucoup de gens lorsqu’il changea d’avis. Il expliqua comment il arriva à cette nouvelle conclusion dans son livre Dieu existe : Comment l’athée le plus célèbre du monde a changé d’avis(1), publié en 2008. Avec son co-auteur Roy Varghese, il détaille pourquoi il a dû affronter les faits et admettre l’évidence : il doit vraiment y avoir un Dieu derrière le monde que nous voyons autour de nous.

Au chapitre « L’univers savait-il que nous allions arriver ? », Flew parle de preuves similaires à celles que nous avons mentionnées et il conclut avec une analogie assez simple : imaginez que vous restiez à l’hôtel pendant vos vacances, vous récupérez la clé à la réception et vous montez dans la chambre. Après avoir posé vos bagages, vous commencez à noter des coïncidences remarquables. La musique d’ambiance se trouve être votre musique préférée. L’odeur de votre parfum favori flotte dans l’air. Sur la table se trouvent vos boissons et vos biscuits préférés. Le livre sur la table de chevet a été écrit par votre auteur favori et la salle de bain contient vos produits de toilette préférés. La télévision est éteinte, mais lorsque vous l’allumez, elle est déjà réglée sur votre chaîne de prédilection.

Une telle profusion de « coïncidences » vous conduira inévitablement à la conclusion que, d’une manière ou d’une autre, la direction de l’hôtel savait à l’avance que vous alliez arriver. Comme Flew l’affirme, il y a tellement de « coïncidences » permettant la vie dans le monde et le cosmos, que cela devrait nous conduire à la même conclusion : quelqu’un a préparé cet univers spécialement pour nous.

 

Seulement un “Esprit divin”

Certains ont essayé de rejeter l’idée d’un univers finement ajusté, par exemple avec l’hypothèse d’un « multivers » composé de multiples univers, dans lequel il se trouve que le nôtre « fonctionne ». (Nous avons exploré ce sujet dans l’article “Vivons-nous dans un multivers ?”, paru dans la revue de janvier-février 2015.) D’autres ont suggéré que nous ne devrions pas être surpris que l’univers nous convienne, peu importe le fait que cela soit improbable. Bien que l’arrangement de l’univers dépasse l’imagination, ils prétendent que nous ne serions pas ici à nous poser des questions sur sa probabilité si les choses ne s’étaient pas déroulées ainsi !

En évaluant de telles réponses, l’ancien athéiste a noté que l’examen approfondi de telles « réponses » montrait qu’elles ne répondaient pas à la question centrale : aucune excuse ni aucun scénario imaginaire ne change le fait que ces lois de la nature doivent être expliquées. Comme Flew l’a écrit : « La seule explication viable est un Esprit divin. »

Cela ne devrait pas surprendre ceux qui étudient la Bible. Le prophète Ésaïe nous a dit que l’Éternel, « le créateur des cieux » est aussi Celui « qui a formé la terre […] qui l’a créée pour qu’elle ne soit pas déserte, qui l’a formée pour qu’elle soit habitée » (Ésaïe 45 :18). Dès le commencement, Son intention était de vous donner un univers dans lequel vous puissiez vivre et Le connaître – en créant un domicile pour les œuvres de Ses mains.

En réalité, l’univers a été fait pour vous, de bien des manières. En créant le cosmos, Dieu a non seulement conçu un environnement finement ajusté nous permettant de vivre notre courte vie physique, mais pour ceux qui utilisent le temps qui leur est imparti en cherchant Sa volonté et Sa voie, l’univers est bien plus qu’un domicile temporaire. C’est un héritage.

 

(1)There is a God : How the World’s Most Notorious Atheist Changed His Mind

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +