Le miracle de Midway

Commenter cet article

La Deuxième Guerre mondiale fut le théâtre d’une des plus grandes victoires navales de l’Histoire. Lorsque Hollywood et les historiens relatent la bataille de Midway, quelle vérité importante laissent-ils de côté ?


Le film Midway sorti l’année dernière a attiré l’attention sur une des batailles les plus significatives de la Deuxième Guerre mondiale – un incroyable tournant décisif de la guerre dans le Pacifique. L’enjeu était ni plus ni moins que l’avenir des États-Unis et de l’Empire japonais. Une série d’événements remarquables pendant cette féroce bataille navale changea soudainement le cours de la guerre – pour ne pas dire le cours de l’Histoire.

Quels sont ces événements remarquables qui provoquèrent ce retournement de situation pour les Américains et les Japonais ? Quelles leçons pouvons-nous tirer d’une bataille vieille de 80 ans à proximité de deux îlots du Pacifique central ? Et pourquoi ces leçons sont-elles importantes pour chacun d’entre nous aujourd’hui ?

De nombreux livres ont tenté d’expliquer pourquoi les Japonais ont perdu une bataille clé qu’ils étaient certains de gagner et que les Américains ont soudainement pris le dessus alors qu’ils étaient sur le point d’être détruits. Les historiens mentionnent les décisions des commandants, les erreurs de combat, les différentes tactiques, de meilleures techniques d’espionnage et surtout les conditions climatiques. Le simple fait du hasard est un autre facteur souvent pris en compte pour expliquer le coup de théâtre de la bataille de Midway ! Dans le film La bataille de Midway sorti en 1976, l’acteur Henry Fonda, qui jouait le rôle du contre-amiral Chester Nimitz, prononça la célèbre réplique : « Étions-nous meilleurs que les Japonais, ou juste plus chanceux ? » Les Américains semblent effectivement avoir eu beaucoup de « chance », alors que les Japonais perdaient pied.

Comme nous le verrons dans cet article, ce ne fut pas une question de chance ou de malchance ! Un autre facteur essentiel explique la tournure des événements – un facteur souvent suggéré ou insinué par les historiens, mais qui est rarement mentionné en tant que tel. En examinant la succession des événements qui conduisirent à l’issue inattendue de la bataille de Midway, la nature de ce facteur essentiel deviendra évidente.

 

Plantons le décor

Comment les Américains et les Japonais se retrouvèrent-ils dans une lutte pour leur survie au milieu de l’océan Pacifique, à des milliers de kilomètres de chez eux ? Les deux nations étaient engagées dans un conflit meurtrier suite à un raid surprise de l’aviation japonaise qui dévasta une base navale américaine à Hawaï le 7 décembre 1941. Le président américain alors en exercice, Franklin Roosevelt, déclara que ce jour « restera à jamais marqué comme un jour d’infamie ». Le raid contre Pearl Harbor faisait partie de la stratégie japonaise pour détruire la puissance navale américaine dans l’ouest du Pacifique afin d’étendre la puissance et l’influence de l’Empire japonais. Cette attaque éclair mutila les capacités navales des États-Unis dans le Pacifique et, pendant les jours suivants, les Japonais envahirent les Philippines, ils coulèrent deux navires de guerre britanniques dans l’océan Indien et ils prirent le contrôle de Singapour – le « Gibraltar de l’Orient ». Au cours des six mois suivant l’attaque de Pearl Harbor, les forces armées japonaises étaient inarrêtables, enregistrant victoire sur victoire, tandis que les forces alliées enchaînaient les défaites. Pendant cette période, un sous-marin japonais fit surface au large des côtes californiennes et il bombarda pendant près d’une demi-heure une raffinerie de pétrole près de Santa Barbara, avant de reprendre la mer et de disparaître dans les profondeurs de l’océan.

Le lieutenant-colonel James Doolittle tenta de mener une contre-offensive en lançant 16 bombardiers depuis un porte-avions. Cet épisode fut porté à l’écran dans Trente secondes sur Tokyo. Après avoir largué leurs bombes, les avions manquèrent de carburant et beaucoup s’écrasèrent le long de la côte chinoise.  Suite à ce raid, les Japonais infligèrent des représailles aux Chinois – brûlant des villages et tuant près de 250.000 civils dans les régions qui auraient aidé des aviateurs américains au sol.

Grisé par le succès et plein de confiance – peut-être aussi désireux de revanche – l’amiral japonais Yamamoto planifia d’anéantir la puissance navale américaine dans le Pacifique en envahissant l’île de Midway, un point crucial pour le contrôle des voies maritimes dans le Pacifique. Il espérait attirer les porte-avions américains dans un piège où ils seraient détruits par les navires de guerre japonais, après quoi les Américains solliciteraient la paix. C’était le plan. En revanche, les Japonais ignoraient que les Américains avaient réussi à déchiffrer le code militaire japonais quelques jours avant la bataille de Midway, leur permettant ainsi de connaître l’emplacement de l’attaque imminente. Lorsque l’impressionnante force d’attaque japonaise arriva au large de Midway, les Américains avaient déjà pris position – en les observant et en les attendant.

 

Une bataille fatidique

Le matin du 4 juin 1942, un avion de patrouille américain repéra l’armada japonaise. Des bombardiers américains décollèrent de Midway, mais quand ils atteignirent la flotte japonaise quelques heures plus tard, aucune de leurs bombes n’atteignit sa cible – montrant à quel point il était difficile de viser avec précision une cible en mouvement dans l’océan depuis une altitude élevée.

La première vague d’avions japonais qui attaquèrent Midway infligea des dégâts considérables, mais le chef d’escadrille estima qu’une deuxième attaque serait nécessaire, aussi l’amiral japonais Nagumo ordonna que les avions restants soient armés avec des bombes. Ensuite, lorsqu’il apprit que les porte-avions américains étaient proches, il ordonna que ces avions soient finalement armés avec des torpilles – tout cela fit perdre un temps précieux.

Entre-temps, les bombardiers partis des porte-avions américains commencèrent à attaquer les porte-avions japonais. Les navires japonais changèrent de direction, si bien que les pilotes américains ne les trouvèrent pas tout de suite. En fait, la plupart des chasseurs et des bombardiers en piqué du premier porte-avions ne trouvèrent pas la flotte japonaise et ils rentrèrent à leur navire d’attache ou s’abîmèrent dans l’océan par manque de carburant. Suivant son intuition, le chef de l’escadrille américaine des bombardiers-torpilleurs trouva pour sa part les porte-avions japonais et les attaqua immédiatement. Mais ces bombardiers américains étaient lents et ils devaient voler en ligne droite juste au-dessus du niveau de l’eau pour lancer leurs torpilles. Dans cette position, sans la protection d’avions de chasse, ils étaient très vulnérables aux tirs antiaériens et aux chasseurs japonais bien plus rapides, les « Zéros ». Tous les bombardiers-torpilleurs furent détruits sans avoir causé le moindre dommage aux porte-avions japonais. Pendant l’affrontement, un sous-marin américain lança aussi une torpille contre un navire ennemi, mais il rata sa cible. Le destroyer japonais Arashi se lança alors à sa poursuite, sans succès.

Les bombardiers en piqué des porte-avions américains n’avaient pas trouvé les navires japonais en arrivant à leur destination initiale. Mais le chef d’escadrille repéra l’Arashi qui naviguait à vive allure pour rejoindre la flotte japonaise et il le suivit jusqu’aux porte-avions japonais. Lorsque les bombardiers en piqué américains arrivèrent, il n’y avait aucun avion de chasse japonais dans le ciel, car les Zéros avaient tous été envoyés frapper les bombardiers-torpilleurs américains qui volaient à basse altitude. Le résultat à peine croyable fut que cinq minutes plus tard, trois porte-avions japonais avaient été perforés par des explosions et ils étaient en proie aux flammes, suite aux bombes lancées par les avions américains n’ayant rencontré aucune opposition. L’armada japonaise, puissante et menaçante, avait été gravement touchée en quelques minutes. Quelques heures plus tard, le quatrième porte-avions japonais fut touché de la même manière. Les forces offensives japonaises, qui avaient pour but de piéger et d’anéantir la force maritime ennemie, s’étaient engagées dans un piège mortel et elles avaient subi une défaite cuisante – en perdant 4 porte-avions, 330 avions et 2500 hommes, dont des pilotes et des équipes très qualifiés difficilement remplaçables. Les Américains avaient perdu un porte-avions, 147 avions et 307 hommes.

L’historien militaire John Keegan a décrit cette bataille comme « le coup le plus décisif de l’histoire de la guerre navale » (La Deuxième Guerre mondiale, éditions Perrin, page 358, traduction Marie-Alyx Revellat). La victoire américaine inespérée de Midway changea le cours de la guerre dans le Pacifique, ainsi que le cours de l’Histoire.

 

Le miracle de Midway

Le matin du 4 juin 1942, le puissant groupe aéronaval japonais qui se dirigeait vers Midway était la plus grande armada militaire jamais réunie – mais quelques heures plus tard, au coucher du soleil, ce formidable groupe de navires et d’avions avait été décimé, et les espoirs japonais d’étendre leur empire dans le Pacifique furent anéantis. Avant Midway, les forces japonaises n’étaient connues que pour des victoires. Après Midway, elles connurent une succession de défaites face aux Américains et à leurs alliés.

Ce coup de théâtre était-il juste une question de chance, de hasard ou de destin ? En songeant à la remarquable série d’événements qui menèrent à la victoire américaine et changèrent le cours de la guerre dans le Pacifique, beaucoup ont le sentiment qu’il y eut davantage qu’un heureux hasard.

Alors que l’armada japonaise se mettait en route, un des commandants de bord de l’amiral Nagumo développa une appendicite et fut relevé de ses fonctions. Quelques jours plus tard, le commandant qui avait planifié l’attaque de Pearl Harbor fut cloué au lit par une pneumonie. Quelques jours avant que l’armada ne frappe, les cryptanalystes américains identifièrent que Midway était la cible de l’invasion. Bien que le contre-amiral Nimitz rencontra de la résistance de la part de ses supérieurs à Washington, il fit confiance aux informations fournies par ses services de renseignement. Enfin, il y eut l’élément de surprise.

S’agissait-il d’un hasard lorsque le patrouilleur américain vit la force d’invasion en premier – alors que l’avion allait être à cours de carburant et que le pilote se préparait à rebrousser chemin ? Cet avertissement précoce de l’attaque à venir permit aux forces américaines à Midway et sur leurs porte-avions de se préparer à rencontrer l’ennemi.

Lorsque les pilotes de l’aéronavale américaine n’arrivaient pas à localiser la flotte japonaise qui avait changé de direction, s’agissait-il d’un hasard si le chef de l’escadrille de bombardiers-torpilleurs la trouva sur une intuition ? Quelques minutes plus tard, était-ce un « coup de chance » lorsque le chef de l’escadrille de bombardiers en piqué, qui cherchait aussi l’insaisissable flotte japonaise, repéra le sillage du destroyer Arashi qui le conduisit directement à la flotte japonaise ? Était-ce un hasard qu’il arriva juste au moment où les Zéros descendaient pour attaquer les bombardiers-torpilleurs américains à basse altitude, laissant ainsi le ciel libre à ses bombardiers en piqué pour attaquer et détruire les porte-avions japonais sans défense ? Était-ce un hasard si l’amiral Nagumo décida de remplacer les bombes par des torpilles dans ses avions, laissant le temps nécessaire aux bombardiers en piqué ennemis pour arriver et lancer leur attaque fatale contre les porte-avions japonais ?

Tous ces événements remarquables sont rassemblés sous le nom de « miracle » de Midway. Et nous pourrions en mentionner bien d’autres.

 

Un plan divin

La plupart des producteurs de cinéma, des historiens et des chercheurs qui se penchent sur la bataille de Midway considèrent seulement les aspects physiques de ces grands affrontements. Mais la dimension spirituelle est souvent ignorée et négligée dans l’Histoire. Dans le film Midway de Roland Emmerich, sorti en 2019, Dieu n’est mentionné que dans les jurons et lorsqu’un jeune marin demande pourquoi il doit installer des chaises pour un office religieux alors qu’il ne croit pas en Dieu. De tels commentaires sont de plus en plus courants dans notre société laïque, où la norme est désormais de se moquer de la religion, notamment du christianisme. Dans un tel environnement, il n’est pas surprenant que des chercheurs et des écrivains laïques ne prennent pas en compte l’intervention divine dans les événements historiques.

Cependant, la Bible révèle qu’il existe un Dieu qui guide le cours de l’Histoire. Nous lisons dans les Écritures que Dieu « donne de l’accroissement aux nations, et il les fait périr » (Job 12 :23), qu’Il « renverse et [qu’Il] établit les rois » (Daniel 2 :21) et que « le Très-Haut domine sur le règne des hommes » (Daniel 4 :17, 25, 32). Contrairement aux êtres humains, le Dieu de la Bible annonce l’avenir et Il s’assure que Son plan et Son dessein s’accomplissent (Ésaïe 46 :8-11).

La Bible révèle aussi que Dieu avait choisi de travailler avec un homme du nom d’Abraham et avec ses descendants dans le cadre de Son plan. Afin de récompenser Abraham de son obéissance, Dieu promit que sa descendance deviendrait grande et qu’elle serait une bénédiction pour les peuples de la Terre (Genèse 12 :1-3 ; 18 :18-19). Nous expliquons la façon dont ces promesses se sont accomplies dans nos brochures Les États-Unis et la Grande-Bretagne selon la prophétie et Les pays de langue française selon la prophétie.

Dieu avait aussi choisi l’ancien Israël (et ses descendants) pour une responsabilité spéciale (Exode 19 :5-6 ; Deutéronome 7 :6). En obéissant aux lois divines, les Israélites devaient être des lumières dans le monde en montrant l’exemple d’un mode de vie différent (Deutéronome 4 :6-8). L’Éternel leur dit : « Vous poursuivrez vos ennemis, et ils tomberont devant vous par l’épée. Cinq d’entre vous en poursuivront cent, et cent d’entre vous en poursuivront dix mille, et vos ennemis tomberont devant vous par l’épée » (Lévitique 26 :7-8) ; « l’Éternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi ; ils sortiront contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept chemins » (Deutéronome 28 :7). Ce fut assurément le cas lors de la bataille de Midway, lorsque Dieu a accompli ces promesses au cours d’une remarquable série d’événements qui changea le cours de l’Histoire et permit aux États-Unis de devenir la nation la plus puissante dans le monde – selon le plan de Dieu et Ses promesses faites à Abraham.

Cependant, le maintien de ces bénédictions était conditionné au dévouement et à l’obéissance d’Israël à Dieu. Ce dernier avertit les nations israélites que si elles L’oubliaient et si elles se détournaient de Ses lois, cela engendrerait de graves conséquences – elles passeraient dans le camp des vaincus : « Vous périrez comme les nations que l’Éternel fait périr devant vous, parce que vous n’aurez point écouté la voix de l’Éternel, votre Dieu » (Deutéronome 8 :20). Moïse leur dit aussi que si elles se détournaient de leur Créateur, leurs ennemis les domineraient – et Dieu briserait l’orgueil de leur force, en permettant que les Israélites soient vaincus et dispersés parmi les nations, que leurs villes soient anéanties et qu’ils soient incapables de se défendre (voir Lévitique 26 :14-15, 17, 19, 33, 37).

Bien que ces prophéties correspondent à des événements passés de l’histoire d’Israël, les Écritures révèlent que nous assisterons à leur réalisation ultime à la fin de cette ère. Moïse avait mis en garde : « Car je sais qu’après ma mort vous vous corromprez, et que vous vous détournerez de la voie que je vous ai prescrite ; et le malheur finira par vous atteindre, quand vous ferez ce qui est mal aux yeux de l’Éternel, au point de l’irriter par l’œuvre de vos mains » (Deutéronome 31 :29). Les paroles de Moïse s’accompliront à la fin de cette ère, pendant le « temps d’angoisse pour Jacob » (Jérémie 30 :7) – car les descendants d’Abraham ont oublié leur propre identité, mais aussi comment Dieu les a bénis et protégés à de nombreuses reprises au cours de leur histoire, y compris pendant la bataille de Midway.

 

Des leçons pour aujourd’hui

Alors que des spectateurs de notre génération voient le dernier film sur Midway et constatent l’issue miraculeuse d’une remarquable série d’événements qui renversa subitement la bataille au profit des forces américaines – et changea le cours de l’Histoire – reconnaîtront-ils qu’il existe vraiment un Dieu qui intervient dans les affaires humaines ? Le même Dieu qui délivra les nations israélites modernes de ce qui aurait été une catastrophe inéluctable enverra bientôt un grand châtiment sur ces mêmes nations car elles ont rejeté Ses lois et oublié l’histoire de leur propre délivrance.

À moins que les nations modernes d’Israël ne changent de direction et ne se repentent de mépriser les lois de Dieu – ce qu’elles font en continuant de promouvoir l’homosexualité et le « mariage pour tous », le meurtre d’enfants avant leur naissance et en commettant d’autres péchés nationaux – les prochains affrontements avec des nations ennemies auront une issue bien différente que celle de la bataille de Midway. Les prophéties bibliques montrent que nos nations ne changeront probablement pas, mais vous pouvez changer – si vous commencez à chercher Dieu avec sincérité et que vous tirez les leçons que l’Histoire nous enseigne.