Devriez-vous être baptisé ?

Commenter cette brochure

Que constatez-vous lorsque vous vous examinez vous-même ? Avez-vous personnellement besoin du pardon divin ? Avez-vous vraiment besoin d’un Sauveur ?

Peut-être avez-vous déjà été baptisé lorsque vous étiez enfant, ou même lorsque vous n’étiez qu’un nourrisson. Vous ne vous en souvenez probablement pas. Votre baptême est-il vraiment acceptable aux yeux de Dieu ? Cette question est vitale, car votre salut en dépend !

Les épaules de l’homme qui était assis à table commencèrent à trembler. « J’ai violé chaque commandement divin », cria-t-il. J’ai besoin d’être baptisé ! » Cet homme, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale appartenant à la Marine, avait pris conscience qu’il était pécheur, et qu’il avait besoin du salut. À vingt-deux ans, alors que j’étais étudiant du Collège en tournée de baptême, j’ai été profondément impressionné par l’attitude de repentance sincère de cet homme. Il en était arrivé à se voir tel qu’il était, et il détestait vraiment ce qu’il voyait ! Il reconnaissait qu’il avait désespérément besoin d’un Sauveur.

Qu’en est-il de vous ? Que voyez-vous lorsque vous vous examinez vous-même ? Avez-vous personnellement besoin du pardon de Dieu ? Êtes-vous de ceux qui mènent une vie « convenable » ? S’il en est ainsi, avez-vous vraiment besoin d’être baptisé ? Avez-vous besoin d’un Sauveur ?

Des millions de gens ont été SÉDUITS

Il est important de réaliser que la vaste majorité des êtres humains – même les gens religieux – ont été séduits. L’apôtre Jean fut inspiré à décrire Satan comme « le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre » (Apocalypse 12 :9). Il est difficile, pour la plupart des gens, de se rendre compte qu’ils ont été séduits par des fausses doctrines et des pratiques religieuses erronées.

Mais nous avons besoin de comparer, avec soin et un esprit ouvert, les exemples et les enseignements limpides de Jésus-Christ à ceux du « christianisme » actuel. Comme le Dr Rufus Jones l’explique, il y a une ÉNORME différence : « Si, par hasard, les partisans du Christ L’avaient choisi comme modèle et exemple à suivre, ils auraient fait de Sa vie et de Ses enseignements le standard et la norme de l’Église, et le christianisme aurait été TOTALEMENT DIFFÉRENT de ce qu’il est. L’hérésie aurait été, comme c’est le cas actuellement, une perversion de Sa voie, de Son enseignement, de Son Esprit, de Son Royaume » (The Church’s Debt to Heretics, p.15. C’est nous qui traduisons).

Si Jésus et les premiers disciples ne représentent pas le « standard » du véritable christianisme, quel est donc ce standard ? Sont-ce les discours confus, souvent contradictoires des soi-disant « pères » de l’Église, qui constituent le standard ? Rappelez-vous que Jésus Lui-même nous a expressément mis en garde contre certains chefs religieux. Il a dit : « Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse » (Matthieu 15 :14).

J’avoue avoir grandi dans l’AVEUGLEMENT de la plupart des vérités de base de la Bible. Je faisais partie d’une Église à tendance dominante protestante. J’étais président de ma classe à l’école du dimanche (une sorte de catéchisme). Mes parents ont terminé leurs études dans un collège qui était sous l’égide de l’Église à laquelle notre famille était affiliée. Mais je n’avais AUCUNE IDÉE de la destinée ultime de l’humanité ; j’étais totalement ignorant des grandes prophéties bibliques traitant des temps de la fin. Je n’avais jamais été enseigné au sujet du POUVOIR du Saint-Esprit pour changer ma vie et pour permettre au Christ Vivant de vivre Sa vie en moi (voir Galates 2 :20). Incroyable, et pourtant, des douzaines de mes amis me regardaient comme celui qui était le « mieux informé » au sujet de la Bible et de la religion. Ces autres adolescents qui allaient à l’Église me posaient souvent des questions, et se demandaient, en pleine confusion, quel était le but de l’existence humaine.

J’ai moi-même été baptisé lorsque je n’étais qu’un petit enfant impuissant – incapable même de discerner entre la main droite et la main gauche, incapable de comprendre l’énormité du péché, incapable de me REPENTIR profondément de mes péchés, et d’accepter Jésus-Christ en tant que mon Sauveur. Étais-je alors un véritable chrétien ?

Bien sûr que non !

Ma quête personnelle de la vérité

J’appartenais à une importante Église protestante, comme des MILLIONS d’autres personnes séduites qui ont grandi dans « l’Église dont ils ont hérité » – sans JAMAIS vérifier si elle était véritablement l’Église de DIEU et si elle enseignait la vérité. Finalement, vers la fin de mon adolescence, Dieu commença à ouvrir mon esprit à la véritable religion. Au lieu de me contenter de lire les Évangiles ou les Psaumes pour « l’inspiration », j’ai commencé à ÉTUDIER réellement la Bible comme on étudierait un livre d’histoire, de physique ou de chimie. J’ai demandé à Dieu la compréhension, et j’ai continué pendant des mois à lire, à marquer, à relire et à méditer le Nouveau Testament dans son entier – puis l’Ancien Testament – et à essayer de comprendre ce que Jésus-Christ enseignait réellement !

De par mon étude personnelle, j’ai commencé à réaliser que le véritable christianisme ne consiste pas à croire seulement en la personne de Jésus-Christ, mais à mettre aussi en pratique Son MESSAGE. J’ai trouvé qu’un vrai chrétien doit capituler totalement, afin de permettre au Christ de vivre en lui par le Saint-Esprit. Comme l’apôtre Paul l’a écrit : « Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Romains 8 :14). Paul déclara aussi : « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi » (Galates 2 :20).

J’ai commencé à comprendre les avertissements répétés de Jésus contre ceux qui L’acceptent et qui utilisent Son nom en vain : « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? » (Luc 6 :46). Et encore : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7 :21).

Mais VOUS, où en êtes-vous ?

Dieu a-t-Il ouvert votre esprit sur le fait qu’Il est VRAIMENT le Gouverneur de l’univers ; qu’Il est le Dieu RÉEL qui a tout créé et qui règne maintenant sur toutes choses ? Est-ce que vous réalisez que Son Fils Jésus-Christ est, non seulement venu dans le monde pour mourir pour nos péchés, mais qu’Il est maintenant VIVANT à la droite du Père dans les cieux, et qu’Il est notre Souverain Sacrificateur vivant ? Comprenez-vous qu’Il veut VIVRE SA VIE en nous par le Saint-Esprit promis, SI nous nous repentons véritablement, SI nous nous faisons baptiser, et SI le Christ vit en nous la MÊME vie d’obéissance qu’Il a vécue lorsqu’Il était dans la chair ? Car la Bible dit : « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement » (Hébreux 13 :8).

Nous avons tous besoin d’aide – de beaucoup d’aide. Nous ne pouvons tout simplement pas surmonter notre vanité et nos passions humaines, vaincre le monde et aussi Satan le diable de par nous-mêmes. Le Dieu qui nous a créés, a promis qu’Il nous donnera l’aide spirituelle et la force spirituelle dont nous avons besoin. Jésus a dit : « Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14 :26). Et encore : « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16 :13).

CROIRE réellement ce que Jésus enseigna

Jésus-Christ est venu pour prêcher un MESSAGE au sujet de la venue du Royaume de Dieu. L’Évangile de Marc rapporte : « Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’Évangile de Dieu. Il disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle » (Marc 1 :14-15).

Pour devenir un véritable disciple de Jésus-Christ et recevoir Son Esprit, vous DEVEZ vous repentir de vos péchés et CROIRE en l’Évangile. Le véritable message de l’Évangile au sujet du Royaume de Dieu nécessite une bonne volonté pour obéir aux LOIS de ce Royaume – aux Dix Commandements. Lorsqu’un jeune homme demanda à Jésus comment obtenir la vie éternelle, Jésus répondit : « Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels ? lui dit-il. Et Jésus répondit : Tu ne tueras point ; tu ne commettras point d’adultère ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; honore ton père et ta mère ; et : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 19 :17-19). Ici, Jésus a clairement mentionné les Dix Commandements comme le CHEMIN de la vie pour ceux qui désirent être dans Son Royaume.

Plus tard, en tant que Souverain Sacrificateur et Tête vivante de l’Église, Jésus inspira l’apôtre Jacques à expliquer que les véritables chrétiens doivent observer TOUS les « points » de la loi de Dieu. En effet, nous devons vivre selon les Dix Commandements par lesquels nous serons jugés, car ils sont véritablement le standard de vie qui règle la conduite du véritable chrétien !

Le bien-aimé apôtre Jean, met en garde ceux qui voudraient essayer de « diluer » l’enseignement clair et biblique de l’obéissance aux Dix Commandements : « Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui » (1 Jean 2 :4). Beaucoup de gens qui se disent chrétiens, et même des prédicateurs célèbres, peuvent posséder des connaissances au sujet de Dieu, mais ils ne « connaissent » pas réellement Dieu – ils ne sont pas véritablement informés sur Lui – à moins qu’ils NE CAPITULENT pleinement pour laisser le véritable Jésus-Christ VIVRE SA VIE D’OBÉISSANCE en eux par le Saint-Esprit ! Alors, ils feront l’expérience du caractère de Dieu. Alors, ils « connaîtront » véritablement Dieu.

Cela signifie-t-il que les véritables chrétiens observent à la perfection les Dix Commandements ? Bien sûr que non ! Car l’apôtre Jean déclara aussi : « Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1 :8-9).

Cette « purification » des péchés est une action permanente qui permet au vrai chrétien de croître dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ » (2 Pierre 3 :18).

Les « petits enfants en Christ », nouvellement convertis, feront continuellement des erreurs. Nous tous qui sommes chrétiens, nous faisons des erreurs. Néanmoins, nous devrons nous relever et continuer notre chemin. De temps en temps, nous « déraperons sur le chemin ». Mais nous nous en REPENTIRONS à chaque fois avec l’aide du Saint-Esprit, et nous retournerons sur le chemin de l’obéissance aux Dix Commandements. Car la grande LOI spirituelle de Dieu – les Dix Commandements – est le véritable chemin de la vie. Le roi David, un homme « selon le cœur de Dieu », déclara : « Combien j’aime ta loi ! Elle est tout le jour l’objet de ma méditation. Tes commandements me rendent plus sage que mes ennemis, car je les ai toujours avec moi » (Psaume 119 :97-98).

Que devriez-vous faire ?

Si vous avez été appelé par Dieu, et que vous voulez devenir un véritable chrétien, que devriez-vous faire ? La réponse inspirée a été donnée par l’apôtre Pierre, dans le Nouveau Testament, le jour de la Pentecôte. Après avoir réalisé l’énormité de leurs péchés, les Juifs repentants demandèrent à Pierre et aux autres apôtres : « Hommes frères, que ferons-nous ? Pierre leur répondit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera » (Actes 2 :37-39). Réfléchissez avec soin à cette instruction fondamentale de la parole de Dieu. Nous avons été baptisés « pour le pardon de nos péchés ». Évidemment, nous nous sommes repentis de nos péchés.

Mais qu’EST-ce que le péché ?

La plus claire définition du péché se trouve dans 1 Jean 3 :4 : « Quiconque pratique le péché transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. » C’est pourquoi, nous devons nous repentir de la transgression de la loi spirituelle de Dieu, c’est-à-dire les Dix Commandements ! Et nous avons besoin de réaliser que Jésus-Christ est venu « magnifier » la loi, et la rendre honorable (Ésaïe 42 :21). Dans le sermon sur la montagne, Jésus expliqua que, non seulement nous ne devons pas tuer, mais en plus nous ne devons même pas entretenir l’amertume et la haine dans notre cœur – car ce serait avoir « l’esprit » ou l’attitude d’un MEURTRIER (Matthieu 5 :21-22). Non seulement les chrétiens ne doivent JAMAIS commettre l’adultère, mais ils ne doivent même pas « convoiter » une autre personne (versets 27-28).

Loin de « diluer » la loi de Dieu, l’enseignement de Jésus AMPLIFIE davantage les Dix Commandements !

C’est seulement par Jésus-Christ qui vit Sa vie en nous que nous pouvons refléter de plus en plus l’esprit des Dix Commandements dans notre vie quotidienne. Comme il a été dit plus haut, nous devons, en effet, CROÎTRE continuellement dans la grâce et dans la connaissance.

Par le Saint-Esprit, l’AMOUR spirituel de Dieu nous est donné pour nous permettre de garder la loi de Dieu. « Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné » (Romains 5 :5). Et quel EST « l’amour de Dieu » qui est donné aux véritables chrétiens ? Quelle est sa fonction ? L’apôtre Jean explique : « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles » (1 Jean 5 :3).

Ainsi, le véritable amour de Dieu découle directement des Dix Commandements. Les Dix Commandements nous disent comment aimer Dieu et comment aimer notre prochain. Et ils ne sont PAS « pénibles », comme le prétendent les arguments astucieux de nombreux dirigeants religieux. Au contraire, s’ils sont respectés, ils deviennent la « loi de la liberté » – comme nous l’avons vu plus haut dans l’Épître de Jacques. Ils AFFRANCHIRAIENT l’humanité des guerres, des crimes, des adultères, des foyers brisés, des enfants rebelles et d’une foule d’autres problèmes, s’ils étaient mis en pratique par tous !

Dans le Royaume dont l’avènement est proche, l’humanité OBÉIRA aux Dix Commandements qui mènent à la vie. C’est précisément POUR CELA qu’il y aura la PAIX, la PROSPÉRITÉ et la JOIE au cours du futur règne millénaire de Jésus-Christ sur cette terre ! « Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Éternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que les peuples y afflueront. Des nations s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Éternel. Il sera le juge d’un grand nombre de peuples, l’arbitre de nations puissantes, lointaines. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes ; une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre » (Michée 4 :1-3).

Soyez sûr de calculer la dépense

Retournons au sermon de l’apôtre Pierre, lors de la première Pentecôte du Nouveau Testament ; souvenez-vous qu’il exhorta ces hommes à se REPENTIR. Se repentir de ses péchés signifie beaucoup plus qu’être « désolé ». La Bible explique clairement que la véritable repentance nécessite la pleine conviction que vous êtes vraiment un PÉCHEUR, et que vous avez enfreint et BRISÉ maintes fois la loi de Dieu. Comme l’explique l’apôtre Paul : « Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair : j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien » (Romains 7 :18). Et il déclare un peu plus loin : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? … Grâces soient rendues à Dieu, par Jésus-Christ notre Seigneur ! » (versets 24-25).

Si votre repentance est conforme à cela, il est temps d’être baptisé ! Vous aurez besoin de « calculer » honnêtement « la dépense », comme Jésus l’enseigna : « Si quelqu’un vient à moi, sans me préférer à son père, à sa mère, à sa femme, à ses enfants, à ses frères et à ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer » (Luc 14 :26-28).

Interrogez-vous : Avec l’aide de Dieu placerai-je vraiment Dieu avant ma famille, mes amis, mon travail, mon argent et ma position sociale, ou serai-je comme les pharisiens à l’époque de Jésus qui aimaient « la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu » (Jean 12 :43) ?

Dieu est-Il devenu RÉÉL pour vous ? Voulez-vous véritablement Le mettre avant TOUTE CHOSE ? Ou avez-vous quelque « idole » secrète – en fait quelque chose que vous placez avant Dieu et avant votre relation avec Jésus-Christ ?

Souvenez-vous que se repentir signifie CHANGER. Êtes-vous prêt, personnellement, à accepter avec foi le sacrifice de Jésus-Christ pour vos péchés, et ensuite à capituler totalement pour Le laisser entrer en vous, « prendre en charge » et CHANGER toute votre vie ?

Appréciez-vous sincèrement que Jésus-Christ – le Fils de Dieu – Se soit dépouillé Lui-même de Sa gloire et de Sa puissance pour venir dans la chair, afin de MOURIR pour vos péchés (voir Philippiens 2 :5-8), et que Lui, qui était avec le Père de toute éternité, a bien voulu Se dépouiller Lui-même de toute cette magnificence pour nous SERVIR, vous et moi – pour nous donner la possibilité de partager l’éternité avec Lui et le Père, dans le Royaume, en tant que fils de Dieu ? (voir Jean 1 :1-12).

Lorsque vous avancez vers le baptême, souhaitez-vous – avec l’aide de Dieu – manifester un amour total et une LOYAUTÉ totale à Jésus-Christ, en tant que votre Sauveur, votre Seigneur et Maître, votre grand Souverain Sacrificateur, votre Roi à venir ? Le souhaitez-vous ?

Ce sont ces questions VITALES que vous devez vous poser – et auxquelles vous devez répondre sincèrement par l’affirmative. Car lorsque vous êtes baptisé, vous faites l’ALLIANCE sacrée avec votre Créateur de L’aimer, de Lui obéir et de Le servir, Lui et Son Fils Jésus-Christ – maintenant et pour toujours !

Dieu ne vous doit rien. Mais, au contraire, vous et moi Lui devons TOUT, à Lui et à Son Fils glorifié. Car Dieu « créa toutes choses par Jésus-Christ » (Éphésiens 3 :9 ; Jean 1 :1-3). Il nous a créés, vous et moi. Il a créé et Il soutient la terre où nous vivons, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, la nourriture que nous ingérons. Dieu le Père créa notre ESPRIT par Jésus-Christ – alors que nous autres humains, nous pensons parfois que les PLUS GRANDES choses ont été créées par notre esprit ! C’est ainsi que nous « raisonnons » pour nous excuser de dérober, de mentir, de commettre l’adultère, et toutes sortes de choses que nous ferions bien de reconnaître comme étant MAUVAISES. Comme l’apôtre Paul l’a expliqué dans Romains 8 :7-8 : « Car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or, ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. »

Ainsi, nous avons besoin d’être PARDONNÉS. Nous avons désespérément besoin d’un Sauveur. Et nous avons besoin du soutien constant de notre Sauveur et Souverain Sacrificateur, qui ne veut pas nous sauver dans nos péchés, mais DE nos péchés – et qui nous donne la force spirituelle pour VAINCRE et croître selon le caractère de Dieu. Tout cela peut s’accomplir SEULEMENT si nous voulons nous REPENTIR totalement de notre hostilité naturelle envers Dieu et accepter sincèrement le sang versé par Jésus-Christ – la VIE du Fils de Dieu – pour le paiement de nos péchés.

En êtes-vous arrivé à ce point dans votre vie ?

Les clés pour changer votre vie

La Bible relate les récits de revirements surprenants dans la vie de nombreux individus. Comment ont-ils été capables d’opérer un tel « changement » dans leur vie ? Avez-vous la possibilité de faire des changements d’une telle ampleur dans votre vie ? Il y a deux clés essentielles que beaucoup de personnes ignorent totalement. Et ceux qui les connaissent, comprennent généralement mal ce que ces clés impliquent réellement.

Dans Actes 2, nous lisons le récit d’événements qui survinrent au début de l’Église du Nouveau Testament, dont Simon Pierre qui prêcha un retentissant sermon face à plusieurs milliers de personnes assemblées pour observer la Fête de la Pentecôte. Un certain nombre de ceux qui l’avaient entendu ce jour-là se trouvaient moins de sept semaines et demie, auparavant, parmi la foule dans la salle du jugement de Pilate. À cette époque, ils avaient crié : « Crucifie-le ! » lorsque Pilate avait offert de libérer Jésus de Nazareth. Maintenant, TOUCHÉS par la vérité du message de Pierre, ils se sentaient coupables de l’ampleur de ce qu’ils avaient fait. Ce fut avec un profond sentiment de honte et de culpabilité personnelle, qu’ils lui demandèrent humblement : « Que ferons-nous ? » (Actes 2 :36-39). Il leur répondit de se REPENTIR. La foi et la repentance sont les clés vitales sans lesquelles un réel changement est impossible.

La foi est le fondement de la repentance. Ce genre de foi dont nous parlons est vivante et réelle. Elle produit une disposition d’esprit qui veut faire un revirement et se tourner vers Dieu. Cette foi réelle est la confiance dans le Dieu RÉEL et dans les promesses qu’Il fait. C’est le résultat d’une action. « La foi sans les œuvres est morte », écrivit l’apôtre Jacques dans Jacques 2 :17. Croire réellement, et avoir confiance que tout est possible à Dieu, demande une reddition absolue et inconditionnelle à Lui.

Hébreux 11 est souvent appelé le « chapitre de la foi », dans la Bible. Dans Hébreux 11 :13, nous apprenons que les hommes et les femmes de foi ONT DU FAIRE certaines choses. Comprendre ce qu’ils ont fait nous aide à comprendre que la foi change la vie. On nous dit qu’ils les ont vues « [les choses promises], et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre ».

Premièrement, nous devons voir et comprendre les promesses de Dieu, être convaincus et de leur valeur et de leur réalité ; ensuite nous devons les « saluer ». Les saluer signifie les tenir chères et précieuses. Si nous n’estimons pas et ne chérissons pas ce que Dieu nous offre, nous ne serons tout simplement pas solides, et nous ne supporterons pas les hauts et les bas de la vie. Car les hommes et les femmes de foi, mentionnés dans Hébreux 11, ont gardé précieusement ce que Dieu a promis, ils ont démontré par le travail et par leurs actions qu’ils ne faisaient pas partie de ce monde.

IL N’EST PAS POSSIBLE d’être en harmonie avec le monde, et d’être simultanément en harmonie avec Dieu (Jacques 4 :4). En effet, pour être en harmonie avec le monde, pour être accepté et approuvé par ce monde, il faut être en harmonie avec les valeurs de cet âge. L’apôtre Jean a résumé les valeurs de ce monde en les appelant « la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie » (1 Jean 2 :16). Cet âge et son système de valeurs corrompues et décadentes est en train de mourir, mais il y a un nouveau Monde à venir basé sur des valeurs éternelles. Ce nouveau monde, le Monde de Demain, sera permanent.

Si nous croyons réellement à cela, alors nous désirerons nous tourner vers Dieu de tout notre cœur, et nous apprendrons comment demeurer en harmonie avec Lui pour toujours. La foi vivante produit des actions, et la véritable repentance est l’une des premières actions qu’elle produit. C’est ce que témoigna l’auditoire de Pierre, en demandant : « Que ferons-nous ? » Ils ne présentèrent aucune excuse. Ils n’essayèrent pas de minimiser leurs actions. Ils ne commencèrent pas à blâmer les autres. Au contraire, ils étaient humbles, prêts à être enseignés, et ils avaient capitulé dans leur cœur et dans leur esprit. Pierre leur avait prêché l’Évangile, et ils avaient cru à son message. Ils firent preuve de foi par une volonté sincère d’agir selon cette foi. C’est pourquoi, ils posèrent ce jour-là la question, que tous ceux qui désirent sincèrement changer leur vie doivent se poser : « Que ferons-nous ? »

L’obéissance mérite-t-elle le salut ?

La loi divine nous dit comment devenir semblable à Lui (1 Pierre 1 :15-16). Cependant, nous sommes tous bien loin d’être comme Il est. Que pouvons-nous faire ? Nous ne pourrons jamais compenser nos mauvaises actions passées par un nombre supérieur de bonnes actions futures ! C’est évident, même au regard des lois des hommes. Si vous étiez arrêté pour un assassinat, et que vous promettiez de ne plus jamais recommencer, gagneriez-vous votre acquittement ? Bien sûr que non ! Si nous observons la loi, nous faisons seulement ce que nous devons faire. L’observance future de la loi ne peut jamais expier la désobéissance passée de la loi.

Nous avons tous péché (Romains 3 :23) et le salaire du péché, c’est la mort (Romains 6 :23). Dieu a rendu possible notre délivrance de l’amende de la mort, de la malédiction de la loi, en offrant Jésus-Christ, Son seul Fils engendré, pour mourir à notre place. Il a pris notre place. Par conséquent nous sommes réconciliés avec Dieu par la mort de Son Fils (Romains 5 :10).

Dieu a pris l’initiative pour que nous puissions être en harmonie avec Lui-même, c’est ce que signifie le mot réconcilier. Il a manifesté Son amour en offrant un ultime sacrifice, la vie de Son Fils, pour payer l’amende que vous et moi encourrons par nos pensées, par nos attitudes et nos actions (Jean 3 :16). Cependant, nous devons répondre à la grâce de Dieu par la foi et par la repentance. Le dessein de Dieu est de nous sauver DE nos péchés, mais PAS DANS nos péchés. « Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? », demanda Paul. « Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? » (Romains 6 :1-2). Si nous avons accepté l’offre divine du don gratuit de la vie éternelle, un don que nous ne pourrons jamais gagner ni mériter, alors nous nous devons de Lui répondre en dirigeant nos voies vers Ses voies (Actes 2 :38).

Une attitude de capitulation inconditionnelle de notre vie et de notre volonté est une attitude de repentance. Si le glorieux avenir que Dieu nous offre devient une réalité, et si nous croyons sincèrement en Sa parole, nous aurons le désir de rechercher Dieu et Ses voies de tout notre cœur. C’est ce qui a apporté les changements dans la vie des hommes et des femmes de foi, cités dans Hébreux 11. Vous voyez que la foi vivante aboutit TOUJOURS à une action ! La repentance est l’une des conséquences de la foi vivante. Elle commence d’abord à l’intérieur, et elle est ensuite réfléchie à l’extérieur par des changements. Si nous haïssons réellement nos anciennes voies, nous aurons le désir de nous en détourner.

Dieu vous a-t-Il amené à voir que votre nature est mauvaise ? Voulez-vous sincèrement vous débarrasser de votre nature humaine, charnelle, corrompue, égoïste ? En outre, êtes-vous prêt à vous repentir, non seulement de ce que vous avez fait – mais encore de ce que vous êtes ?

Le roi David savait que c’était ce que Dieu demandait. Il dit : « Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé : Ô Dieu ! tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit » (Psaume 51 :19). Avant d’être réellement converti, on doit s’humilier devant Dieu, être abaissé, et amené à contempler notre propre vide devant Dieu. On doit reconnaître nos péchés devant Dieu et nous en repentir – en détournant notre cœur et notre esprit et en décidant fermement de changer de voie.

Lorsque ce moment arrive pour vous, vous cessez de discuter et de raisonner avec Dieu ou avec Ses ministres qui font Son Œuvre. Vous ne cherchez plus à vous raccrocher à de faux concepts au sujet de Dieu. Vous n’essaierez plus de raisonner sur l’obéissance aux commandements de Dieu, pour vivre littéralement de chaque parole de la Bible. Vous n’aurez pas le « sentiment » d’être blessé par la correction des serviteurs de Dieu. Mais, vous DONNEREZ votre vie pour Dieu, comme l’apôtre Paul nous exhorte de faire : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un SACRIFICE VIVANT, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Romains 12 :1-2). Comme Paul l’a enseigné, même nos pensées doivent être CHANGÉES par le « renouvellement » de notre intelligence !

Le symbolisme du baptême

« Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul esprit, pour former un seul corps », écrivit Paul dans 1 Corinthiens 12 :13. Jean-Baptiste a dit que le Messie offrirait deux baptêmes – le Saint-Esprit et le feu (Matthieu 3 :11-12). Ceux qui ne veulent pas être dans la Famille de Dieu par l’Esprit de Dieu, seront finalement jetés dans l’étang de feu, qui ne leur laissera « ni racine ni rameau » (Malachie 4 :1). Jésus-Christ compara le Saint-Esprit à « des fleuves d’eaux vives » (Jean 4 :14 ; 7 :38-39).

L’apôtre Paul explique, dans Colossiens 2 :12, que le baptême symbolise un enterrement. Le « vieil homme » est symboliquement mis à mort. Nous devenons une nouvelle créature. La tombe liquide du baptême représente notre foi en la résurrection, laquelle est notre ultime espoir de devenir une nouvelle créature.

Dans Romains 6 :4-5 nous lisons : « Nous avons donc été ENSEVELIS avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection. » Le baptême n’est pas un vain rituel ou un sacrement magique. C’est un symbole très important ; ce n’est pas un engagement à prendre à la légère.

Fondé sur la foi et la repentance, le baptême est un signe extérieur de notre engagement. Il représente un nouveau commencement. Le vieil homme avec tous ses péchés est symboliquement enterré, pour laisser la place à une nouvelle créature. Les eaux du baptême symbolisent que nous avons été purifiés, intérieurement, par le Saint-Esprit. Le sacrifice du Christ a payé l’amende de nos péchés et nous ressortons du baptême, purifiés aux yeux de Dieu. Cela n’est pas une fin en soi, mais le commencement du processus réel de conversion.

Le rôle du Saint-Esprit de Dieu

Nous lisons que les ministres du Christ, au premier siècle, pratiquaient après le baptême l’imposition des mains (Actes 8 :18 ; Hébreux 6 :2). L’imposition des mains symbolise une mise à part spéciale par Dieu. Après le baptême, ce geste met à part la personne nouvellement baptisée pour recevoir le Saint-Esprit de Dieu. Dans Actes 19 :1-6, nous lisons que Paul rencontra à Éphèse certaines personnes qui crurent à son enseignement, et qui avaient été baptisées auparavant. Toutefois, elles ne comprenaient pas pleinement l’Évangile, car elles n’avaient pas reçu le Saint-Esprit lorsqu’elles avaient été baptisées ; elles n’en avaient même jamais eu connaissance. Après les avoir conseillées, Paul les rebaptisa au nom de Jésus et leur imposa les mains, afin qu’elles reçoivent le Saint-Esprit de Dieu. Dieu montra par un miracle inhabituel, semblable à celui de la première Pentecôte du Nouveau Testament, que ces gens avaient, cette fois-ci, effectivement reçu le Saint-Esprit. Pourquoi cela fut-il nécessaire ?

L’apôtre Pierre dit à ceux qui l’écoutaient le jour de la Pentecôte, qu’après la repentance et le baptême, ils « [recevraient] le don du Saint-Esprit » (Actes 2 :38). Quel est le rôle du Saint-Esprit dans notre vie ?

L’apôtre Pierre explique que c’est par le Saint-Esprit, la puissance divine de Dieu, que nous deviendrons « participants de la nature divine » (2 Pierre 1 :4). C’est par le Saint-Esprit que Jésus-Christ demeure en nous, et nous donne la possibilité de vivre comme Il a vécu lorsqu’Il était sur la terre en tant qu’être humain (Galates 2 :20 ; Philippiens 2 :5).

Dès que le Christ établit Sa demeure en nous par le Saint-Esprit, notre corps est considéré comme le temple de Dieu (1 Corinthiens 3 :16), et nous sommes appelés à glorifier Dieu dans tous les aspects de notre vie (1 Corinthiens 6 :20). Nous devenons un « peuple » sacré, ou « saint » selon le terme employé dans la Bible, lorsque nous avons l’Esprit de Dieu en nous. Nous ne pouvons être saints de par nous-mêmes (ni d’aucune autre façon). Dieu est saint, et Lui seul peut nous transmettre la sainteté. Si nous nous repentons véritablement, et si nous nous tournons vers Lui avec foi, Il promet non seulement d’oublier notre passé, mais aussi de nous transmettre Son Esprit-Saint. L’Esprit de Dieu est un don destiné à transformer notre vie par le renouvellement de notre esprit (Tite 3 :5 ; Romains 12 :2). Nous devenons une nouvelle créature, parce que Dieu nous change en écrivant Ses lois dans notre cœur et dans notre esprit (Hébreux 8 :10).

Bien que ce soit la puissance de Dieu qui rende cette transformation possible, nous avons néanmoins notre part à jouer. Nous devons exercer l’Esprit de Dieu, et suivre ce que Dieu nous montre – bref, nous devons marcher avec Dieu. L’Esprit de Dieu nous conduit et nous donne la force, mais il ne nous force pas, il ne nous contrôle pas. Nous devons rechercher et désirer suivre la voie de Dieu dans notre vie. Nos efforts, sans l’aide de l’Esprit de Dieu, sont vains mais la puissance de Dieu sans nos efforts représente, à elle seule, une énergie potentielle. C’est comme un interrupteur en position d’arrêt ; il est possible d’éclairer la pièce, le circuit est ouvert, mais rien ne circule. C’est la puissance du Saint-Esprit qui demeure en nous qui, finalement, rendra possible l’achèvement de notre salut.

Par la foi et la repentance, nous avons été justifiés, innocentés et amenés à nous comporter correctement en présence de Dieu, par le sang versé de Jésus-Christ (Romains 5 :9). Ensuite, puisque nous nous sommes tournés vers Dieu, Il nous sanctifie – Il nous rend saints – en plaçant Son Saint-Esprit en nous. L’Esprit nous donne une compréhension plus profonde des choses spirituelles, et nous permet de mener une vie selon Dieu. En tant que chrétiens, nous devons continuer à croître dans la grâce et dans la connaissance (2 Pierre 3 :18). Si nous suivons les recommandations de l’Esprit de Dieu, alors la justice de Dieu telle qu’elle est définie dans Sa loi sera accomplie en nous (Romains 8 :4).

Puisque nous sommes justifiés par la mort du Christ, nous serons finalement sauvés par Sa vie (Romains 5 :9-10). Le Christ est VIVANT maintenant, et Il Se tient à la droite du Père dans les cieux ! Il intercède activement pour nous, en tant que notre Souverain Sacrificateur vivant, lorsque nous commettons des erreurs et que nous péchons (Hébreux 4 :14-16). Il vit en nous Sa vie, ayant triomphé du péché lorsqu’Il était dans la chair, par le Saint-Esprit qui demeure en nous (Galates 2 :20). Sa victoire réelle sur la mort, par la résurrection, est une PREUVE qu’il nous sera finalement donné la vie immortelle à Son retour (1 Corinthiens 15 :20-23).

Dieu vous “recrute” dans Son Église

Par le baptême et par la réception du Saint-Esprit, vous êtes automatiquement baptisé dans la véritable Église de Dieu. « Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit » (1 Corinthiens 12 :13), car l’Église de Dieu est composée de tous ceux qui sont remplis et qui sont CONDUITS PAR le Saint-Esprit (Romains 8 :14). Vous ne pouvez pas « adhérer » par vous-même à la véritable Église de Dieu ! Dieu doit vous « attirer » ou vous « appeler » puis vous placer dans Son Église en vous donnant Son Esprit-Saint. Souvenez-vous de ce que Jésus a dit : « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6 :44).

Dieu doit avoir une Église organisée – et Il l’a toujours eue ! Jésus-Christ déclara : « Je bâtirai mon ÉGLISE, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » (Matthieu 16 :18). Le « séjour des morts » ou la tombe qui ne prévaudra point contre la véritable Église de Dieu peut se comprendre de deux façons : premièrement, Dieu ne permettra JAMAIS que Son Église soit totalement détruite ou qu’elle cesse d’exister : deuxièmement, l’espoir de base de tout véritable chrétien est la RÉSURRECTION des morts. Ainsi, bien que chaque chrétien en particulier soit sujet à la mort, tous SERONT ressuscités à la septième trompette, lorsque le Christ viendra sur cette terre en tant que Roi des rois ! « Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés » (1 Corinthiens 15 :51-52).

Paul nous enseigne que ceux qui sont dans l’Église sont le « corps » spirituel de Jésus-Christ (1 Corinthiens 12 :27). De même que les mains, les pieds, les yeux, les oreilles et le cerveau de notre corps physique doivent travailler ensemble pour que le corps fonctionne correctement, de même le corps spirituel – l’Église de Dieu – doit être organisé et ses membres doivent être coopératifs pour assumer les différentes fonctions dans l’Église. Jésus-Christ est la TÊTE vivante et active de la véritable Église (Éphésiens 1 :22-23). Il établit les buts et les missions de Son Église. Après Sa résurrection, et juste avant Son ascension au ciel, Jésus ordonna : « ALLEZ, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28 :19-20).

Donc, la première fonction de la véritable Église est d’ALLER vers toutes les nations et de prêcher le même message puissant que Jésus prêcha au sujet du Royaume de Dieu à venir ! L’Église doit « enseigner » TOUT ce que Jésus enseigna à Ses disciples – toute la VOIE de Dieu basée sur une profonde obéissance à la grande LOI spirituelle de Dieu et sur une CAPITULATION totale, afin de laisser Jésus-Christ vivre Sa vie dans chaque individu qui compose le « peuple » de Dieu.

Nous avons tous besoin d’être instruits, enseignés, encouragés – et guidés vers le Royaume de Dieu. Il nous est ordonné : « Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à l’amour et aux bonnes œuvres. N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour » (Hébreux 10 :24-25). Notez que nous ne devons PAS abandonner notre assemblée ! Nous devons plutôt nous réunir régulièrement lors des sabbats de Dieu et de Ses Jours saints, comme le firent Jésus et les premiers apôtres (Luc 4 :16 ; Actes 17 :2).

Quoique certaines personnes se targuent d’être des « chrétiens indépendants », cela n’a JAMAIS été la façon de Dieu de voir les choses. Tout le récit du livre des Actes décrit une Église dont les membres étaient unis, et qui travaillaient tous ensemble chaque fois que possible ! Nous avons tous besoin de la fraternité, de l’amour, des exemples et des encouragements des autres chrétiens qui se sont engagés à « vivre de TOUTE parole de Dieu ». La véritable Église – appelée à douze reprises « l’Église de Dieu » dans le Nouveau Testament – offre cette possibilité de fraternité, de croissance et d’aide spirituelle appropriée.

Refuser de rencontrer ceux qui croissent et ceux qui FONT l’Œuvre de Dieu est tout à fait contraire à ce que le Christ et les apôtres enseignèrent et pratiquèrent. Car nous devons tous apprendre à nous AIMER les uns les autres, à nous PARDONNER réciproquement – par le Saint-Esprit de Dieu qui est en nous – et à CROÎTRE dans cet amour. La parole de Dieu nous dit : « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? Et nous avons de lui ce commandement : Que celui qui aime Dieu aime aussi son frère » (1 Jean 4 :20-21).

Une alliance avec votre Créateur

La parole de Dieu déclare que le baptême est une décision prise par un adulte, après une profonde réflexion et une sincère repentance. Par ailleurs, il illustre la mort et l’ENTERREMENT de l’ancien moi égoïste. Par cette décision et par cette action, nous signons une ALLIANCE avec notre CRÉATEUR ; nous acceptons le sang versé de Jésus-Christ pour le paiement de nos péchés. Nous Le reconnaissons vraiment comme notre Seigneur et Maître, notre ROI à venir à qui nous OBÉIRONS !

Nous avons la promesse divine du précieux « don du Saint-Esprit » (Actes 2 :38). Recevoir le Saint-Esprit de Dieu nécessite l’imprégnation de Sa nature parfaite et de Son caractère parfait. Comme l’apôtre Paul explique : « L’AMOUR de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné » (Romains 5 :5). Et, comme nous lisons dans Galates 5 :22-23, le « fruit » ou le résultat du Saint-Esprit dans notre vie, c’est : « L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. »

Le Saint-Esprit nous donne l’amour spirituel et la force spirituelle d’obéir à Dieu, de contrôler nos désirs, et de marcher dans Ses commandements en tant que mode de vie. « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles » (1 Jean 5 :3). Ainsi, ce n’est pas nous – avec notre force humaine – qui gardons les commandements divins ; c’est le Christ qui vit Sa vie en nous par la présence du Saint-Esprit en nous.

Jésus-Christ a dit dans Matthieu 24 :13 : « Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. » Si nous souhaitons hériter le Royaume que Dieu a préparé pour ceux qui L’aiment, nous devons demeurer fermes jusqu’à la fin. Nous le ferons si nous continuons à DEMEURER EN CHRIST (Jean 15 :4). Comment pouvez-vous demeurer en Christ ? Notez ce que Jean explique dans 1 Jean 2 :3-6 : « Si nous gardons ses commandements, nous savons par cela que nous l’avons connu. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. Mais l’amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole : par cela nous savons que nous sommes en lui. Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. »

Demeurer ou persévérer signifie rester ancré avec une pleine foi ferme dans la Vérité de Dieu. Souvenez-vous que la Bible montre que la Vérité n’est pas seulement une liste de doctrines à débattre, mais un mode de vie concret (Galates 3 :1 ; 2 Pierre 2 :2, 21).

Beaucoup de soi-disant chrétiens pensent que le salut est l’affaire d’une seule fois. Beaucoup de ceux qui prétendent être les représentants de Dieu ont dévalué Ses promesses et Son objectif. Ils ont offert une grâce bon marché, qui ne coûte rien au croyant. Ils ont promis la « liberté » en enseignant que la loi de Dieu est un joug de servitude, et que l’obéissance concrète est superflue. En réalité, leur doctrine de la « grâce facile » égare leurs partisans séduits par la corruption du péché (2 Pierre 2 :19).

Jésus a dit que ceux qui voudront venir après Lui doivent être prêts à renoncer à tout, même à leur propre vie (Matthieu 16 :24-25). Le Christ ne demande rien d’autre qu’un engagement ou un dévouement total, inconditionnel, de la part de ceux qui veulent L’accepter comme leur Seigneur et Sauveur. « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition » a dit le Christ. « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7 :13, 21). C’est l’ALLIANCE que nous faisons avec notre Créateur par le baptême.

La Bible laisse voir une destinée grande et fantastique pour ceux qui hériteront du salut de Dieu. Elle révèle aussi le processus par lequel Dieu est en train de Se reproduire en nous. La conversion est la clé de ce processus. La véritable conversion exige une reddition totale de notre vie et de notre volonté devant le Dieu tout-puissant.

À ceux qui se tournent vers Lui de cette façon, Dieu rend possible leur pardon, leur transformation, et leur entrée ultime dans Son glorieux Royaume, en tant que Ses véritables fils. Risquons-nous de rencontrer des difficultés, ou même de souffrir de la persécution, parce que nous essayons de vivre selon les instructions de Dieu, et non selon les traditions et les coutumes du monde qui nous entoure ? Bien sûr que oui ! Mais n’oublions jamais les paroles de l’apôtre Paul : « Les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous » (Romains 8 :18).

Notre alliance personnelle avec notre Créateur, par le baptême, exige une obligation de changer notre façon de vivre. Il y aura des changements à faire dans nos sentiments, dans nos actions, et principalement dans notre façon d’ÊTRE. La véritable conversion nous conduit « à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils [Christ] soit le premier-né de beaucoup de frères » (Romains 8 :29).

Agir selon la Vérité

Dieu nous dit que nous ne devons pas seulement nous « intéresser » à Sa vérité, mais encore AGIR en conséquence ! « C’est pourquoi, rejetant toute souillure et tout débordement de méchanceté, recevez avec douceur la parole qui a été plantée en vous, et qui peut sauver vos âmes. METTEZ en pratique la parole et ne vous bornez pas à l’écouter en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel » (Jacques 1 :21-23). Vous tous qui lisez ceci, vous êtes sans doute des milliers à réaliser que, d’une manière ou d’une autre, Dieu vous a mis, individuellement, en contact avec Son Église. Vous avez appris, par l’Œuvre de l’Église du Dieu Vivant, par les émissions télévisées et par la revue « the Tomorrow’s World », le véritable BUT de l’existence humaine et la façon de vivre que Dieu ordonne. Maintenant, il est temps d’AGIR en fonction de cette précieuse Vérité. Ne considérez pas cela à la légère ! Ne différez pas, et ne remettez au lendemain si vous avez compris quel est le dessein de Dieu dans votre vie. N’attendez pas le moment où vous penserez avoir déjà triomphé, avoir une compréhension « parfaite », ou une repentance « parfaite », car vous ne pourrez pas avancer vers la perfection AVANT d’avoir été baptisé, et d’avoir reçu le Saint-Esprit promis pour vous guider et vous affermir !

C’est pourquoi, dès que vous vous êtes sincèrement repenti, que vous avez « calculé la dépense » et réalisé personnellement la nécessité d’être baptisé, faites-le nous savoir. L’Église du Dieu Vivant a des ministres ou des responsables formés dans la plupart des régions du monde. Si vous le demandez, ils vous contacteront pour vous fixer un entretien pour le baptême. Ils ne viendront PAS à l’improviste. Ils prendront d’abord contact avec vous, afin de vous rencontrer au moment et dans le lieu de votre convenance.

Vous n’avez PAS à « adhérer à » quelque chose ! En fait, nos ministres pourront simplement parler avec vous, répondre à vos questions, et vous donner quelques sujets à lire et à étudier avant de vous baptiser. Nous voulons être SURS – autant que vous – que vous êtes véritablement prêt à être baptisé. Mais cette première visite vous donnera la possibilité – probablement pour la première fois de votre vie – d’être conseillé par un véritable ministre de Dieu, qui comprend et enseigne toute la VÉRITÉ de Dieu.

C’est pourquoi, appelez-nous ou écrivez-nous dès AUJOURD’HUI.

Nos adresses sont indiquées en dernière page. Par ailleurs, nous souhaitons recevoir de vos nouvelles, afin de vous servir, car vous êtes maintenant en contact avec l’Église du Dieu Vivant. Puisse Dieu vous accorder la compréhension, l’amour et le courage pour AGIR selon la Vérité qui vous a été donnée !