Qu’est-ce qu’un antéchrist ?

Commenter cet article

Que voulait dire l’apôtre Jean en avertissant que « plusieurs antéchrists sont venus » ? Qu’est-ce qu’un antéchrist ?


Pour comprendre le terme « antéchrist » – qui ne se trouve que dans 1 et 2 Jean – il est utile d’examiner les Écritures qui utilisent ce terme. On trouve l’expression « plusieurs antéchrists » dans 1 Jean 2 :18 : « Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c’est la dernière heure. »

Dans ce verset, le mot antéchrist signifie « contre le Christ », « à la place du Christ », ou se réfère à un faux christ qui « s’oppose » au véritable Christ (Vine’s Expository Dictionary. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). L’apôtre Jean avertissait que beaucoup d’opposants au véritable Christ et à Son message étaient déjà venus. Certains s’étaient infiltrés au sein de la véritable Église de Dieu. L’apôtre Jean continue : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres ; car s’ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il soit manifeste que tous ne sont pas des nôtres » (verset 19). L’apôtre Jean confirme ses propos en donnant plus de détails.

Notez ce qu’il écrit dans l’Épître suivante : « Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, et ne déclarent pas publiquement que Jésus-Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c’est le séducteur et l’Antéchrist » (2 Jean 7). Ici, l’apôtre Jean décrit un antéchrist comme un séducteur. Pendant le ministère des apôtres, il y a eu une prolifération de faux enseignements. Une telle séduction comprend une doctrine gnostique, reniant que Jésus-Christ est venu dans la chair en tant que Fils engendré de Dieu. L’hérésie gnostique concluait que le Christ avait seulement pris l’apparence d’une forme humaine (New Testament Introduction, par Donald Guthrie, page 870). Les enseignants gnostiques étaient donc parmi les nombreux antéchrists, qui rejetaient la venue du Christ dans la chair en tant que Fils de Dieu. De telles doctrines ont pour conséquences de diluer l’importance du sacrifice du Christ, et de la véritable définition du péché – en changeant la grâce en dérèglement (Jude 4). L’apôtre Jean écrit de combattre ces fausses idées et de raffermir le peuple de Dieu dans la vérité. Il explique que ces séducteurs ont renié que le Christ « est venu en chair ». Un lecteur superficiel peut comprendre qu’il ne s’agit que de la première venue du Christ dans la chair, mais il y a une autre signification.

La William New Testament Translation clarifie ce verset en traduisant les mots « est venu » par « continue de venir ». Autrement dit, Jésus-Christ n’est pas seulement venu dans la chair pour devenir un sacrifice parfait, mais Il continue de venir dans la chair des chrétiens en vivant Sa vie en nous. Nous lisons : « Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous connaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné » (1 Jean 3 :24). Jésus-Christ demeure ou habite en nous par Son Saint-Esprit (Galates 2 :20). Il déclare : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui » (Jean 14 :23).

Quand à l’esprit de l’antéchrist, il ne déclare pas publiquement que Jésus [est venu en chair] » (1 Jean 4 :2-3). Cet esprit menteur nie la réalité de la première venue du Christ, et la merveilleuse vérité que, par le Saint-Esprit, Jésus-Christ peut vivre Sa vie en nous – la vie qu’Il a vécue alors qu’Il était sur la terre – une vie d’obéissance à la loi divine ! Par conséquent, un antéchrist est contre le Christ – contre Sa loi et contre Sa façon de vivre. Cet esprit d’antéchrist ou d’anarchie, si courant aujourd’hui, était déjà en pleine expansion à l’époque de l’apôtre Jean : « Car le mystère de l’iniquité agit déjà » (2 Thessaloniciens 2 :7). Pour plus d’informations, demandez notre brochure intitulée « Quelle est l’identité de l’Antéchrist ? »

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +