“Que la lumière soit !”

Commenter cet article

La Sainte Bible commence avec une scène de puissance absolue : la création par Dieu du monde qui nous entoure – et la première déclaration divine lors de cette création est frappante, à la fois par la simplicité et la puissance quelle représente : « Que la lumière soit ! » (Genèse 1 :3). Avez-vous déjà considéré les propriétés surprenantes de cette substance étrange que nous appelons « lumière » ? C’est réellement une merveille de la création divine ! Que pouvons-nous apprendre sur notre Créateur au moyen de cette œuvre de Ses mains ?


 

Dieu veut assurément nous apprendre quelque chose ! Dans Sa parole, Il fait souvent le lien entre la lumière et Lui-même ou Son Fils. Par exemple, Dieu inspira l’apôtre Jean à se référer à Jésus-Christ en L’appelant « la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme » (Jean 1 :9). Jésus déclare : « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » (Jean 8 :12). Comme la lumière, les enseignements et l’exemple du Christ illuminent le monde, aux yeux de ceux qui vivent par ces enseignements.

Le roi David exprima le même sentiment de façon poétique, en chantant à Dieu : « Car auprès de toi est la source de la vie ; par ta lumière nous voyons la lumière » (Psaume 36 :10). L’apôtre Paul écrivit que la Famille divine – Dieu le Père et Jésus-Christ glorifié vivant dans les cieux – « habite une lumière inaccessible » (1 Timothée 6 :16). Dieu souhaite assurément que nous associons Sa nature, Son caractère et Son Être avec la lumière qu’Il a créée pour remplir et éclairer le monde.

Qu’est-ce que la lumière ?

Lorsque nous examinons de près les découvertes scientifiques sur les caractéristiques et la nature de la lumière, nous voyons un grand nombre d’attributs uniques et sensationnels qui nous rappellent ceux de Dieu Lui-même.

Mais qu’est-ce que la lumière ? Les physiciens et les scientifiques ont cherché et débattu sur cette question pendant de nombreuses années. Le débat concernait deux possibilités apparemment incompatibles : soit la lumière était composée d’ondes, semblables aux ondes sonores ou aux vagues ; soit elle était composée de particules, des petits paquets d’énergie qui voleraient en ligne droite, comme des balles sortant d’un révolver.

Les ondes ne sont pas des particules et les particules ne sont pas des ondes. Il semblait absolument impossible qu’un objet puisse être à la fois une particule et une onde. Cependant, après des années de recherche et d’expérimentations, la conclusion indéniable est que la lumière est bien les deux à la fois ! Parfois, la lumière réagit comme une onde, parfois comme une particule – et parfois, de façon bizarre, les deux à la fois.

Cette nature inconcevable de la lumière, d’exister paradoxalement en particules et en ondes, peut nous faire penser à la nature incompréhensible de Dieu Lui-même. Comme l’écrivit l’apôtre Paul ! « Ô profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles ! » (Romains 11 :33). Effectivement, « qui a connu la pensée du Seigneur, pour l’instruire ? » (1 Corinthiens 2 :16).

Une autre qualité phénoménale de la lumière est sa vitesse. C’est l’élément le plus rapide de l’univers ! La lumière se déplace environ à 300.000 km par seconde. À cette vitesse, un rayon de lumière peut parcourir 40.000 km (la circonférence de la Terre) en moins de deux dixièmes de seconde – aussi rapide qu’un clin d’œil.

Les lois de la physique connues à ce jour révèlent non seulement la rapidité foudroyante de la lumière, mais aussi que c’est l’élément le plus rapide de l’univers physique. Aussi puissante que soit une accélération, rien dans ce monde physique ne peut voyager plus vite que la lumière. C’est la « limite de vitesse » ultime et insurmontable.

Avec cet aspect de la lumière en tête, il n’est pas compliqué de voir le parallèle avec la justice et la sainteté insurmontables de notre Père céleste ! Comme Il le déclare Lui-même : « Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Ésaïe 55 :9). David écrivit aussi : « Ta justice, ô Dieu ! atteint jusqu’au ciel ; tu as accompli de grandes choses : ô Dieu ! qui est semblable à toi ? » (Psaume 71 :19).

Un aspect encore plus étrange de la vitesse de la lumière est qu’elle est constante et invariable, peu importe la vitesse à laquelle les observateurs, eux, se déplacent ! À la réflexion, cette propriété de la lumière, peut-être la plus étrange d’entre toutes, ne devrait pas trop nous surprendre. Que cela signifie-t-il ?

Faisons un parallèle avec la conduite automobile pour mieux saisir ce concept.

Si vous roulez à 100 km/h sur l’autoroute et qu’une voiture vous suit à 100 km/h, cette voiture semble immobile par rapport à la vôtre. Mais si une autre voiture roulant à 110 km/h vous dépasse tous les deux, alors elle semble rouler 10 km/h plus vite que vous, par rapport à votre véhicule. Cependant, une personne au bord de la route verra deux voitures rouler vite et une troisième allant encore plus vite !

Autrement dit, la vitesse perçue va changer en fonction de la vitesse de déplacement de celui qui l’observe.

Mais pas pour la lumière !

Le caractère constant de la lumière

Dans sa célèbre théorie de la relativité, Albert Einstein énonça le fait que la vitesse de la lumière soit constante – toujours la même – pour tous les observateurs, peu importe où ils se trouvent et la vitesse à laquelle ils se déplacent.

Par exemple, si un observateur se tenait parfaitement immobile et qu’un autre se déplaçait à la vitesse sidérante de 1.079.252.848 km/h – environ 2 km/h plus lent que la vitesse de la lumière – cela ne ferait aucune différence : la lumière semblera toujours se déplacer exactement à la même vitesse pour les deux observateurs ! La vitesse de la lumière est une constante absolue pour tout un chacun, n’importe où, n’importe quand !

Bien que cela puisse sembler illogique, cette propriété de la lumière a été vérifiée à de nombreuses reprises, expérimentation après expérimentation.

L’aspect surprenant de la lumière – que sa vitesse soit invariable et immuable quelle que soit la situation de celui qui l’observe – devrait nous rappeler le caractère constant et fidèle de notre Créateur ! Jacques, le demi-frère de Jésus, nous dit que « toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation » (Jacques 1 :17). Même le nom divin révélé à Moïse, « Je suis » (Exode 3 :14), reflète la constance de Dieu à travers les époques – toujours fiable, fidèle et bon.

Il est facile de comprendre pourquoi certains scientifiques considèrent la lumière comme la substance la plus remarquable de tout l’univers physique – un élément stupéfiant de la formidable création divine !

Avec toutes ses qualités exceptionnelles et ahurissantes, la lumière nous permet de nous souvenir des caractéristiques exceptionnelles et ahurissantes de notre Dieu, comme Paul l’écrivit : « En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages » (Romains 1 :20).

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +