Pourquoi y a-t-il si peu de bonheur ?

Commenter cet article

« Il n’y a pas de fumée sans feu. » Combien de gens considèrent et comprennent vraiment cet adage ? Chaque action a un lien de cause à effet. Combien de gens comprennent vraiment que cette sagesse peut transformer leur vie ?


J’avais une vingtaine d’années lorsque ce concept m’a été présenté. Quelle découverte ! Et quelle simplicité ! Cependant, de nos jours, les universités enseignent à leurs étudiants le principe de la victimisation : vous échouez et vous n’êtes pas heureux – et vous ne pouvez pas l’être – car vous êtes oppressés pas les juifs, par les chrétiens, par les conservateurs, par les « mâles blancs occidentaux », par les hommes en général et par d’autres classes privilégiées.

Mais le lien de cause à effet va bien au-delà de l’idéologie de la victimisation. Dans toutes les couches de la société, beaucoup de gens ressentent un vide dans leur vie. Ils pensent être « au fond du trou ». Leurs relations ne fonctionnent pas. Ils sont déprimés, malheureux et frustrés, mais ils ne savent pas pourquoi. Cela décrit-il peu ou prou ce que vous ressentez ? J’espère que non, mais je sais que certains d’entre vous répondront « oui ». Beaucoup d’entre eux présentent des signes extérieurs de réussite. Leur compte en banque est bien rempli. Ils s’amusent et rient beaucoup. Mais ces rires et ces instants de bonheur font rapidement place au vide. Les gens pensent avoir coché toutes les cases de ce qui leur avait été conseillé de faire pour être heureux, mais ils ne le sont pas. Il est peut-être temps de remettre en question de tels conseils.

Beaucoup de gens pensent qu’ils seraient plus heureux s’ils avaient plus d’argent. La forte hausse de la prospérité en Chine nous fournit une leçon intéressante à ce sujet. Notez ce qu’a écrit le magazine canadien Maclean à ce sujet :

« Cela fait plus de 30 ans que le dirigeant chinois Deng Xiaoping a ouvert [les frontières du] pays et que le parti communiste a accepté le slogan “il est glorieux de s’enrichir”. Au cours des dernières décennies, des centaines de millions de Chinois sont sortis de la pauvreté […] De nos jours, les Chinois sont quatre fois plus riches qu’ils ne l’étaient il y a 20 ans et les gens […] ont des opportunités et un confort matériel inconnus une génération plus tôt. Mais en dépit du miracle économique chinois, des études récentes montrent que les Chinois ne sont pas plus heureux qu’au début des années 1990… » (4 février 2013).

Au lieu d’accroître le bonheur, la richesse a eu l’effet inverse selon le même article : « La satisfaction dans la vie du peuple chinois a même baissé entre 1990 et le milieu des années 2000, une période pendant laquelle le produit intérieur brut et la consommation moyenne ont quadruplé » (ibid.).

Quel est le secret du bonheur et de la réussite ? Certains se tournent vers l’alcool et les drogues, mais ceux qui s’engagent dans cette voie ne sont pas satisfaits en fin de compte. Quelle est donc la voie vers une vie meilleure ?

Jadis, un grand roi avait compilé des proverbes remplis de sagesse afin d’enseigner l’art de vivre à son fils. Voici l’un d’entre eux : « Comme l’oiseau s’échappe, comme l’hirondelle s’envole, ainsi la malédiction sans cause n’a point d’effet » (Proverbes 26 :2). Autrement dit, tout effet a une cause. Il y a une cause pour le bonheur, comme il y a une cause pour la dépression, la vacuité et la solitude. Certaines causes de dépression sont génétiques ou cliniques, mais cela n’explique pas pourquoi autant de gens sont frustrés. Il y a une cause pour la réussite et le fait de blâmer les autres pour vos échecs personnels ne résout pas le problème. Cela perpétue même le problème.

 

Traiter la véritable cause

La réponse est sous nos yeux, mais la plupart des gens refusent de l’accepter. À un degré ou un autre, nous avons tous tendance à être un peu narcissiques – à nous focaliser sur nous-mêmes. Il est difficile d’admettre que nos choix puissent être le problème. Il est beaucoup plus simple de jouer la victime plutôt que d’admettre que nos choix puissent être la cause des effets que nous subissons. Dès le plus jeune âge, nous pensons que nous savons ce qui nous rendra heureux, mais ce n’est pas le cas. Plus d’argent, plus de possessions, plus de divertissements – rien de tout cela ne comble le vide.

Le prophète Ésaïe fut inspiré à écrire : « Vous tous qui avez soif, venez aux eaux, même celui qui n’a pas d’argent ! Venez, achetez et mangez, venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer ! » (Ésaïe 55 :1). Le contexte montre qu’il ne parlait pas littéralement d’aliments et de breuvages. Il parlait de ceux qui ont faim et soif d’épanouissement dans leur vie, mais qui ressentent du vide. Il demanda alors : « Pourquoi pesez-vous de l’argent pour ce qui ne nourrit pas ? Pourquoi travaillez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi donc, et vous mangerez ce qui est bon, et votre âme se délectera de mets succulents » (verset 2).

Pourquoi consacrons-nous des efforts et de l’énergie à chercher des choses qui n’apportent pas un bonheur durable ? Regardez autour de vous. Que voyez-vous ? Beaucoup de gens malheureux qui cherchent le bonheur de la mauvaise façon et aux mauvais endroits. Des gens qui traversent des hauts et des bas, qui vont de l’excitation à l’ennui et à la dépression. Vous voyez des gens qui s’efforcent de posséder encore plus, en pensant que s’ils avaient un peu plus, ils seraient plus heureux et épanouis. Mais si la célébrité, la fortune et les divertissements apportaient le bonheur, pourquoi voyons-nous autant de suicides chez les personnes riches et célèbres qui semblent tout avoir ?

 

Un mode de vie différent

Nous avons été créés pour avoir une relation avec notre Créateur et pour vivre en se préoccupant des autres. Nous voulons naturellement obtenir des choses pour nous, mais Dieu nous dit qu’une vie épanouie reflète le contraire : nous devons apprendre et pratiquer le mode de vie consistant à donner, à se préoccuper des autres. C’est la voie du véritable bonheur. L’apôtre Paul nous enseigna à nous « rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Actes 20 :35).

Nous ne savons pas exactement quand Jésus prononça ces paroles au cours de Son ministère. Peut-être s’agissait-il d’un de Ses enseignements qui était largement connu, mais qui n’a pas été repris dans les Évangiles, ou peut-être s’agit-il d’un résumé de la déclaration suivante : « Donnez, et il vous sera donné : on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis » (Luc 6 :38). Ce concept est difficile à comprendre, car il ne semble pas naturel. Ce n’est assurément pas la manière dont pense un enfant lorsqu’il se trouve dans un magasin de bonbons. Sommes-nous vraiment différents en voyant une voiture neuve ou une magnifique robe dans une vitrine ?

Mais comme nous devrions tous le savoir par expérience, les objets neufs vieillissent rapidement ; et ce qui devait nous rendre heureux, du moins le pensions-nous, ne fonctionne qu’un bref instant, avant de ressentir à nouveau le vide.

 Dieu nous conseille de venir à Lui et de remplir notre âme vide avec ce qui dure, ce qui n’a pas de prix et qui ne s’acquiert pas avec de l’argent. « Prêtez l’oreille, et venez à moi, écoutez, et votre âme vivra […] Cherchez l’Éternel pendant qu’il se trouve ; invoquez-le, tandis qu’il est près. Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Éternel » (Ésaïe 55 :3, 6-8).

Au cours de cette vie, nous ne sommes pas des victimes incapables de changer notre avenir. Notre article « Sept étapes vers le bonheur », dans cette revue, énumère quelques actions – grandes ou simples – que nous pouvons tous effectuer pour augmenter notre sentiment d’épanouissement. Chacune de ces actions représente seulement la petite partie d’une approche beaucoup plus large du mode de vie à mener.

Notre brochure Qu’est-ce qu’un vrai chrétien ? présente un mode de vie différent et la bonne cause pour l’effet que vous désirez. La Bible enseigne un mode de vie qui apporte le bonheur. Peu de gens connaissent cette voie, mais vous pouvez la connaître !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +