Le Prince de la paix

Commenter cet article

Collectivement, l’humanité aspire à la paix, mais l’attrait de la guerre l’emporte à chaque fois. Néanmoins, le message du Monde de Demain concerne la paix qui sera établie dans ce monde troublé.

Finalement ! Les Japonais capitulèrent le 15 août 1945 et le monde était en paix pour la première fois depuis qu’Adolf Hitler avait lancé l’invasion de la Pologne six ans plus tôt. Les nations n’étaient pas toutes entrées en guerre en même temps. Les champs de bataille en Europe et dans le Pacifique retrouvèrent le calme à quelques mois de différence. Mais en août 1945, la guerre « mondiale » était terminée. Depuis lors, 75 ans se sont écoulés.

Mais la paix fut de courte durée. Moins de 5 ans plus tard, la Corée du Nord envahissait la Corée du Sud, provoquant un nouveau conflit. Puis, en mai 1954, la France perdit le contrôle de l’Indochine. Cela marqua le début de l’engagement plus direct des États-Unis et d’autres nations, conduisant finalement à la guerre du Vietnam qui provoqua de grandes pertes et une grande division en Amérique. Des guerres ont éclaté en Asie et en Afrique afin de se libérer du joug colonial. Et beaucoup d’autres conflits ont eu lieu.

Collectivement, l’humanité aspire à la paix, mais l’attrait de la guerre l’emporte à chaque fois. Néanmoins, le message du Monde de Demain concerne la paix qui sera établie dans ce monde troublé. Humainement parlant, et comme le montre l’Histoire, c’est impossible. Cependant, chaque génération pense trouver le moyen d’apporter la paix. En 2018, Robert Kagan écrivit un livre intitulé La jungle regagne du terrain. Il y mentionne des observateurs comme l’écrivain et politicien britannique Norman Angell qui croyait, en 1909, que les grandes puissances mondiales avaient « franchi ce cap de développement » selon lequel les conquêtes militaires apporteraient un bénéfice à quelque nation que ce soit :

« [Les partisans de cette opinion] ne s’imaginaient pas que les puissances commerciales dominantes dans le monde, tellement interdépendantes de l’économie moderne globalisée, lanceraient une guerre pour des objectifs aussi primitifs qu’un territoire et une domination militaire, qu’elles ne seraient pas guidées par des calculs d’intérêt rationnels mais par la peur, l’orgueil et l’ambition, et que la guerre bénéficierait d’un tel enthousiasme de leurs peuples, alimenté par le nationalisme et le tribalisme » (pages 16-17).

Angell fit cette déclaration moins de 5 ans avant le début de la Première Guerre mondiale – un conflit qualifié par le président américain Woodrow Wilson de « guerre qui mettra fin à toutes les guerres ». L’espoir de paix de Wilson était aussi illusoire et, deux décennies plus tard, le monde était plongé dans un conflit encore plus grand.

Pourquoi le message du Monde de Demain parle-t-il donc de paix ? Nous faisons-nous des illusions ? Croyons-nous à une chimère ? Sur quoi nous basons-nous pour affirmer avec force que la paix sera établie ?

Jésus expliqua Sa première venue

Beaucoup de gens pensent que le but du premier Avènement de Jésus était de répandre la paix dans le monde, mais ils seraient choqués de lire ce que Jésus Lui-même déclara : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée » (Matthieu 10 :34).

Comment cela s’accorde-t-il avec la célèbre prophétie annonçant que le Messie serait le « Prince de la paix » (Ésaïe 9 :5) ? La réponse se trouve dans la chronologie et la thématique de ces deux passages.

Jésus comprenait que Son véritable message pour l’humanité ne serait pas populaire. Il avertit que le fait de Le suivre impliquerait souvent un parcours difficile avec peu d’amis.

Après avoir expliqué que « l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison » (Matthieu 10 :36), Il lança un défi que peu de gens sont prêts à relever : Le placer en premier devant toutes choses. Cela peut sembler facile, mais est-ce vraiment le cas ? « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi […] Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera » (Matthieu 10 :37, 39). Il n’est pas surprenant qu’Il ait déclaré : « Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie » (voir Matthieu 7 :13-14).

Satan le diable est bien réel et il a séduit l’humanité à accepter un faux évangile et un faux Jésus, ainsi qu’un esprit et une adoration de contrefaçon (2 Corinthiens 11 :4). En plus d’avoir ses propres ministres déguisés en ministres de justice (versets 13-15), Satan est appelé « le prince de la puissance de l’air » qui dirige « le train de ce monde » (Éphésiens 2 :2) et qui a « séduit toute la terre » (Apocalypse 12 :9).

Les familles vivent des conflits lorsqu’un des membres décide de quitter les traditions familiales païennes inventées par les hommes et non par Dieu. C’était vrai à l’époque de Jésus et c’est encore vrai de nos jours. Le véritable christianisme ne suit pas les traditions de ce monde dont beaucoup sont directement issues du paganisme. C’est un mode de vie différent, basé sur les commandements de Dieu. Et une grande récompense attend ceux qui les acceptent, bien que cela ne soit pas toujours facile.

Un jeune homme demanda un jour à Jésus ce qu’il devait faire pour obtenir la vie éternelle. Apparemment, la réponse apportée lui sembla trop difficile et il s’en alla tout triste. Les disciples de Jésus demandèrent alors ce qu’il leur adviendrait. Jésus expliqua : « Quand le Fils de l’homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d’Israël. Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle » (voir Matthieu 19 :16-29).

Il nous est difficile de comprendre totalement ce qui est en jeu. Nous pouvons « vivre l’instant présent » pendant 70 ou 80 ans, avant que tout ne s’arrête, ou nous pouvons vivre pour l’avenir et obtenir la vie éternelle. La mort ou la vie – c’est très simple, bien que les ramifications de ce choix ne soient pas forcément simples. Cela se complique car nous sommes des êtres physiques et temporaires qui connaissent le bonheur et la douleur, la joie et la tristesse. Il est naturel de prendre la voie facile. Mais si nous choisissons le chemin resserré, cela nous conduira à des récompenses bien plus grandes et cela nous ramène au cœur du message que je vous écris : la paix.

Un nouveau commencement

La Bible nous enseigne que ceux qui appartiendront au Christ lors de Son second Avènement vivront et régneront avec Lui pendant 1000 ans sur cette Terre. Ce ne sera que le commencement – mais quel commencement, car la paix sera finalement instaurée sur cette planète troublée !

Satan et les anges déchus qui l’ont suivi dans sa rébellion dirigent actuellement la Terre. De nombreux passages le prouvent (par ex. Jean 12 :31 ; 14 :30 ; 16 :11 ; Éphésiens 2 :2 ; 2 Corinthiens 4 :3-4 ; Luc 4 :5-7) et nous en voyons les résultats tout autour de nous. Cela changera lorsque le Christ reviendra et qu’Il éliminera cet être maléfique et ses sbires. Alors, le « prince de la puissance de l’air » ne dirigera plus le train de ce monde.

Le Christ prépare dès maintenant de nouveaux dirigeants qui prendront la place de Satan et de ses subordonnés. Cette grande vérité – le fait que Dieu récompensera Ses serviteurs avec des positions d’autorité – est présente dans les deux Testaments (Daniel 7 :27 ; Luc 19 :16-19 ; Apocalypse 20 :4). Les efforts humains pour atteindre la paix échoueront, mais un changement que peu de gens comprennent ou anticipent aura bien lieu – et cela ne dépendra pas de notre compréhension ou de notre acceptation. Cela aura bien lieu ! Jésus est véritablement le Prince de la paix et Il vous donne l’occasion de L’aider à apporter Sa paix dans le monde. Mais Il doit d’abord savoir si vous Lui serez entièrement loyal, dès maintenant, et si vous choisirez Son mode de vie avant tout le reste. Voilà ce qu’Il attend de nous !

Comme Jésus l’a dit, « il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus » (Matthieu 22 :14). Autrement dit, l’invitation est envoyée à beaucoup de gens, mais peu y répondent. La balle est désormais dans votre camp : répondrez-vous à cette invitation ?

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +