fbpx Diriger par l’exemple | Le Monde de Demain

Diriger par l’exemple

Commenter cet article

Personne n'aime l'hypocrisie de la part des politiques ni le manque de confiance dans les autorités. Comment le plan divin va-t-il résoudre ce problème ?

Cela fait un an que l’Organisation mondiale de la Santé a classé le Covid-19 comme une pandémie. Ce fut une année de difficultés économiques, d’anxiété, de séparation d’avec la famille et les amis, de perte et, pour certains, d’études en ligne stressantes. Beaucoup aimeraient bien partir en vacances après une telle année 2020 !

L’île antillaise de Saint-Barthélemy semble idéale, avec des magnifiques plages de sable blanc, son climat tropical et ses hôtels confortables. Qui n’aimerait pas emmener sa famille en vacances à Hawaï ? Ou en Californie, au Mexique, en Grèce ? Bien que toutes ces destinations soient attrayantes, combien d’entre nous ne voudraient-ils pas tout simplement rendre visite à des proches qu’ils n’ont pas vus depuis plus d’un an ? Combien sont-ils impatients de visiter un parent ou un grand-parent souffrant, mais ne peuvent pas le faire à cause d’un mandat gouvernemental imposant de « rester chez soi » ?

Bien que la plupart des citoyens respectent les règles en constante évolution et les restrictions de voyage, quelques responsables gouvernementaux à l’origine de ces restrictions ont visité un des lieux mentionnés précédemment. Certains de ces voyages ont conduit à des démissions et d’autres à des excuses sur Facebook. L’hypocrisie n’est pas limitée à un seul parti politique, ni aux responsables canadiens. C’est une crise de gouvernance à tous les niveaux et apparemment dans tous les pays.

Le manque de confiance

Malheureusement, de nombreux politiciens dans le monde ont adopté l’attitude du « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Ils ne sont pas tous ainsi, mais ils sont suffisamment nombreux pour éroder la confiance fragile entre les gouvernements et le peuple qu’ils sont censés servir.

Nous vivons à une époque de désinformation extrême. Dans la lutte contre cette pandémie, un des plus grands défis a été de convaincre une partie de la population qu’il s’agit d’une vraie pandémie et aussi de convaincre la majorité des citoyens que leurs actions individuelles peuvent prolonger ou raccourcir la crise. En cherchant à se faire investir par son parti pour l’élection présidentielle de 2012 aux États-Unis, l’ancien gouverneur John Huntsman parlait souvent du « manque de confiance » qui s’était développé entre le peuple américain et son gouvernement. Mais le manque de confiance n’est pas qu’un problème américain. C’est un problème humain qui est présent dans tous les pays du monde.

Les dirigeants ne devraient jamais oublier que leurs actions – leur exemple – ont l’immense potentiel d’encourager ou de rebuter ceux qu’ils servent. Voyez l’effet de l’hypocrisie de nos jours : « Les politiciens ont assurément été montrés du doigt depuis longtemps pour leur hypocrisie. Mais pendant une pandémie qui a forcé des millions de gens à s’isoler et en a laissé beaucoup d’autres sans revenus, les actions [hypocrites] peuvent être perçues comme une insulte personnelle – renforçant l’idée que “certaines personnes ont le droit de ne pas suivre les règles imposées au reste d’entre nous”. »1

La conséquence d’une confiance brisée

Devrions-nous être surpris que de moins en moins de citoyens respectent les directives ? Un sondage a montré que « 48% des Canadiens auraient rendu visite à de la famille ou à des amis durant les fêtes de Noël ».2 Bien que le nombre de Canadiens ayant voyagé pendant les vacances d’hiver 2020 ait été en baisse, « environ 1,2 million de gens au Canada, beaucoup issus de quartiers riches, ont passé au moins une nuit hors de chez eux pendant les fêtes, alors que les gouvernements exhortaient les gens à ne pas s’assembler. »3

Ce rapport a provoqué suffisamment d’effervescence et d’agitation pour susciter une réponse au plus haut sommet du pays. Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré : « Mon message aux Canadiens reste clair. Personne ne devrait prendre de vacances à l’étranger en ce moment. Si vous avez encore des projets de vacances, annulez-les. Et ne réservez pas de voyage pour les vacances de printemps. »4

Beaucoup prêteront attention au plaidoyer du Premier ministre, mais combien suivront plutôt l’exemple de certains dirigeants et voyageront malgré tout ? Moins les gens suivent les directives, plus le taux d’infection augmente. Et cela engendre des restrictions plus sévères. Mais plus celles-ci sont sévères, plus les gens les perçoivent comme un abus du pouvoir gouvernemental et les ignorent, montrant du doigt les mauvais exemples de leurs dirigeants comme étant une raison suffisante. Le résultat de cette gouvernance hypocrite est un cercle vicieux qui détruit la confiance et l’optimisme, et qui ne fait qu’augmenter la polarisation qui ravage actuellement la société.

Un meilleur exemple

« Faites ce que je dis, pas ce que je fais » est généralement un symptôme d’une classe dirigeante pensant qu’elle n’est pas soumise aux règles. Les dirigeants justifient souvent leurs frasques en expliquant que leur situation est différente de celle des citoyens ordinaires. S’il y a bien un Être qui pourrait dire cela, ce serait le Créateur de l’Univers. Mais loin de vivre selon des règles différentes de celles qu’Il a données, Ses lois pour l’humanité décrivent en réalité Son esprit et Son cœur. Les lecteurs de longue date du Monde de Demain comprennent que le but de la loi présentée dans les Écritures est d’édifier en nous le caractère même de notre Créateur. Il veut que nous devenions comme Lui et, pour y parvenir, Il dirige par l’exemple !

L’Être suprême, suffisamment puissant et sage pour concevoir et mettre en mouvement l’Univers tout entier, peut à la fois être compris au travers de ce qu’Il ne peut pas faire (et qu’Il ne fera pas) et de ce qu’Il fait. Voyons deux exemples montrant comment Dieu met en pratique les mêmes lois qu’Il a créées pour l’humanité.

L’apôtre Paul fut inspiré à écrire que Dieu ne peut pas mentir (Tite 1 :1-2). Cela ne signifie pas que Dieu ne serait pas assez intelligent pour mentir de façon convaincante. Cela veut dire que Sa loi est absolue : le mal est toujours mal. Le caractère qu’Il désire voir en chacun d’entre nous est le reflet de Son propre caractère. Il ne nous demande pas de vivre selon des règles que Lui-même ignorerait. Dieu a inspiré ce passage pour nous montrer qu’Il n’est pas hypocrite. Combien de parents enseignent-ils à leurs enfants qu’il ne faut pas mentir, mais leur disent en même temps que s’ils ne sont pas sages, le père Noël ne leur apportera rien ?

Nous trouvons un autre exemple dans les premiers versets de Genèse 2, montrant qu’après six jours de création, Dieu se reposa pendant le septième jour. Était-Il trop fatigué pour continuer ? Était-Il épuisé au point de devoir faire une sieste ? Bien sûr que non ! Il n’avait absolument pas besoin de se reposer, mais Il a établi un exemple en observant ce qui serait plus tard codifié comme le quatrième commandement – le fait que nous devions nous reposer pendant le septième jour. C’est un bon exemple de gouvernance que nous devrions tous chercher à émuler.

La raison pour laquelle Dieu travaille au développement de notre caractère est qu’Il prévoit d’utiliser à des postes d’autorité des individus possédant une bonne moralité. Il attend de la part de ceux qui gouvernent qu’ils dirigent par l’exemple. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les résultats d’une gouvernance juste, lisez notre brochure Le merveilleux monde de demain.

1Anger high when politicians break coronavirus rules”, Global News, 19 décembre 2020
2Un Canadien sur deux aurait enfreint les règles sanitaires durant les fêtes”, Radio Canada International, 5 janvier 2021
3More Than a Million Canadians Engaged in Overnight Holiday-Season Travel, Data Show”, The Globe and Mail, 21 janvier 2021
4Ottawa devrait annoncer de nouvelles restrictions aux frontières sous peu”, Radio Canada International, 22 janvier 2021

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +